L’été est terminé, il est temps de préparer les mangeoires!

Par Michel Paul Côté 8:00 AM - 02 octobre 2021
Temps de lecture :

La mangeoire classique entourée d’une barrière de broche est particulièrement efficace car elle permet aux petits oiseaux de manger en paix, empêchant les espèces plus grandes comme les corneilles de les chasser.

L’été est terminé, il est temps de préparer les mangeoires. Fin septembre, nous sommes en pleine période de migration. Plusieurs espèces d’oiseaux sont venues passer l’été chez nous, puis retournent dans le Sud pour y passer l’hiver. Insectes, fleurs, graines sont plutôt rares chez nous en janvier… Mais de nombreux oiseaux passent l’hiver avec nous, et s’accommodent très bien de notre climat. On accueille même chez nous des oiseaux qui nous fréquentent seulement pendant l’hiver.


Comment les attirer, comment les protéger, comment les retenir ?

L’installation de mangeoires constitue une activité pratiquée par des millions de personnes un peu partout en Amérique et en Europe.

Nul besoin de dépenser une fortune pour attirer les oiseaux dans notre cour arrière pendant tout l’hiver. Plusieurs types de mangeoires sont disponibles, ou facilement fabriqués. Mais certaines règles de base s’imposent.

Les types de mangeoires

Dans la nature, les oiseaux se nourrissent au sol. Nous utilisons des mangeoires
afin de mieux les admirer. Mais il suffit de répandre des graines au sol pour très rapidement voir les oiseaux arriver en grand nombre. Avec les écureuils, chevreuils, corneilles, raton laveurs…


Le plateau d’alimentation, fixé au bout d’un poteau, constitue une alternative au sol et permet d’alimenter plusieurs oiseaux à la fois. Quelques planches, un poteau de 2 mètres planté dans le sol, et le tour est joué. On perce quelques trous pour permettre à l’eau de s’égoutter, et on fixe un pare écureuil sous le plateau ( une grosse bouteille de plastique dont on a enlevé le fond) ralentit les écureuils, mais ne les élimine pas totalement.

La mangeoire classique en plastique, qu’on peut acheter un peu partout pour environ 25$, fait un bon travail, permet à plusieurs oiseaux de se nourrir en même temps, et dure plusieurs années. Le toit permet de protéger les graines des intempéries, ce que le plateau ne permet pas.

La bûche de bois, petit rondin suspendu par une corde à une branche d’arbre, avec quelques trous de 2,5cm de diamètre et profonds de 6 à 8 centimètres, permet d’attirer différentes espèces de pics si on remplit les trous de beurre d’arachide.

La grille pour blocs de suif sera appréciée lors des grands froids. On la trouve partout également pour quelques dollars, ainsi que les blocs de suif enveloppés individuellement.

Où situer les mangeoires 

Dans la cour arrière, on va privilégier un endroit dégagé, pas trop exposé aux vents, avec des arbres ou arbustes à proximité. Cette végétation permet aux oiseaux de se mettre à l’abri en cas de danger. L’accès aux mangeoires devrait être facile. Si il faut enfiler ses raquettes pour aller remplir les mangeoires, elles risquent de demeurer vides souvent. Évidemment, les gens veulent observer les oiseaux de leur fauteuil préféré, ou de la fenêtre de la cuisine.

Quelle nourriture offrir?

Le grand classique est la graine de tournesol. Presque tous les oiseaux d’hiver en raffolent, et on s’en procure facilement dans la plupart des quincailleries et COOP. C’est ce qu’on met dans les mangeoires fermées.

Le suif est particulièrement apprécié par période de grand froid, car il apporte beaucoup d’énergie. Pics et geais apprécient particulièrement.

Beaucoup d’oiseaux aiment le maïs. Geai bleus, gros-bec, cardinals, bruants lapons, jaseurs boréals utilisent facilement les plateaux remplis de maïs concassé. Il faut toutefois éviter d’utiliser le maïs dans les mangeoires classiques car il va absorber l’humidité et former un masse dure qui rendra la mangeoire inutilisable.

Les sacs de graines mélangées, qui comptent un pourcentage élevé de maïs concassé, sont déconseillés, particulièrement pour un usage dans des mangeoires classiques, pour la raison décrite plus haut. De plus, ces graines variées attirent les oiseaux noirs de grande taille (corneilles, mainates, quiscales), ce qui empêche les petits oiseaux d’avoir accès à la nourriture.

Il y a une foule de graines plus exotiques que certains oiseaux apprécient particulièrement. Le chardon, graine minuscule qui requiert une mangeoire spéciale, attirent chardonnerets, sizerins, mésanges, tarins, bruants.

Mais c’est cher… La graine de carthame est irrésistible pour le cardinal. La mangeoires à cardinal est requise dans ce cas, ce qui rend l’observation régulière du cardinal une activité dispendieuse.

Le beurre d’arachide et les blocs de suif constituent un complément alimentaire apprécié par les oiseaux lors des grands froids. Finalement, les fameuses arachides non salées, qui font la joie des geais bleus.
Lorsque la bande de geais du coin aura découvert les arachides, un va et vient incessant s’installera jusqu’à épuisement des stocks… Les geais vous informeront bruyamment que la mangeoire est vide.

Protéger nos visiteurs ailés

Il est important de protéger les oiseaux que nous attirons et nourrissons. Installer une mangeoire lorsque nous avons des chats en liberté est à proscrire. Le chat est une des principales sources de prédation de l’oiseau. Et bien sûr, la propreté.

Bel exemple de mangeoire robuste avec pare écureuil intégré. Ces mangeoires résistent au temps. Installées au Cap Tourmente. Et oui, c’est un bruant indigo sur la mangeoire.

Assurez-vous de garder vos mangeoires et plateaux propres. Il faut enlever les graines qui sont souillées, ce qui arrive souvent après un épisode de temps doux.

Donc un nettoyage de base, quelques fois pendant la saison, en n’oubliant pas au printemps de bien ramasser les écailles de tournesol qui se seront accumulées au sol.

Ce bref tour d’horizon permettra à l’observateur en herbe d’attirer, de retenir et d’admirer une foule d’oiseaux tour au cours de la saison froide. Et c’est vers la fin septembre qu’il faut commencer à installer et remplir les mangeoires, alors que les oiseaux se déplacent pour choisir leurs quartiers d’hiver.

Bonnes observations!

Partager cet article