Déménagement à l’église de La Malbaie : des métiers à tisser «à sacrifier»

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Déménagement à l’église de La Malbaie : des métiers à tisser «à sacrifier»
Les organismes communautaires doivent quitter le sous-sol de l'église de La Malbaie en raison d'un futur partenariat avec le CIUSSS.

Le Cercle des fermières de La Malbaie a vécu un choc lorsqu’elle ont appris qu’elles devaient déménager du sous-sol de l’Église de La Malbaie. Les ferventes d’artisanat partimonial ont réussi à se trouver un nouveau local, mais ont du faire «des choix déchirants».  Elles ont du se départir de métiers à tisser ancestraux. 

Après 49 ans d’occupation, le déménagement des immenses métiers à tisser était tout d’un casse-tête. Certains ont dû être sacrifiés, faute d’espace.

«On avait des sacrifices à faire, lance d’abord Geneviève Saint-Cyr, porte-parole de l’association d’artisanat patrimoniale. Il n’y a nulle part où il y avait des grands locaux comme nous occupions. Notre prochain local est bien sûr plus petit. On doit se départir de matériel. C’est un choix déchirant, mais nous n’avons pas le choix. On a 18 métiers à tisser, on doit tous les démonter. C’est un travail colossal. Sur ce nombre, on doit se départir de sept», raconte Mme Saint-Cyr.

Le regroupement de quelque 70 artisanes a pu trouver un local près du centre-ville. «Quand on nous a rencontrées, on s’attendait à avoir une augmentation de loyer. On ne pensait pas à se faire montrer la porte. On était conscients que l’église, ça allait plus ou moins bien. On s’attendait à ce que ça arrive, mais on ne pensait pas que ça allait se faire là, et encore moins comme cela. Honnêtement, je trouve qu’ils n’ont pas beaucoup de considération pour les personnes qui les encouragent depuis longtemps. Mais bon, nous avons décidé de retrousser nos manches et de faire ce qu’on avait à faire», explique-t-elle.

Le sous-sol de l’église de La Malbaie abritait depuis des dizaines d’années la Société de Saint-Vincent-de-Paul, l’association du Cercle des fermières et le groupe de soutien des Alcooliques anonymes (AA). La Saint-Vincent est toujours en démarchage pour trouver un local où déménager son comptoir de vêtements. Les AA sont également en recherche d’un lieu de réunion.

Pour leur part, les membres du Comité de consultation et d’organisation locale de Saint-Étienne ont expliqué plus en détails les tenants et les aboutissants d’une éventuelle entente avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale ici. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
solange
solange
1 mois

vous avez pas su pour quoi il font cela pour la st-vincent trop petit il ont il ont 5appartement et tu est serrez et le passage en plus