Compost dans Charlevoix-Est: une décision en 2020

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Compost dans Charlevoix-Est: une décision en 2020
D’ici quelques mois, les consommateurs de Charlevoix-Est connaîtront la solution privilégiée par les élus. Photo Istock

C’est en 2020 que la MRC de Charlevoix-Est s’arrêtera sur un choix de méthode de compostage des matières organiques. Après le bac brun et le robot trieur, voici la méthode du compostage sans effort.

Une analyse a été déposée à la MRC de Charlevoix-Est ce printemps stipulant qu’une autre option existe pour composter, au-delà du traditionnel bac brun. Celle-ci n’impliquerait aucun effort de la part des citoyens, mis à part de jeter les résidus domestiques dangereux ailleurs que dans le bac vert et de recycler.

Michel Boulianne, responsable de la  gestion des matières résiduelles à la  MRC Charlevoix-Est explique ce qu’est le «tri mécano-biologique».

«C’est une autre technologie qui permet de trier les matières organiques directement des déchets du bac vert. Autrement dit, les gens n’auraient pas de tri à faire à la maison. Le tri se ferait en usine. Le processus fait en sorte que la matière organique est récoltée directement à travers les déchets. Il y a un défi technique pour que cela fonctionne comme il faut. Il y a aussi un défi de ne pas mettre de matières recyclables, de la peinture, des batteries, ou d’autres matières dangereuses. C’est déjà exigé. Pour composter, cela ferait un compost de moindre qualité», explique-t-il.

Cette nouvelle avenue impliquerait l’achat de machines pour effectuer le tri, avec
possibilité de nouveaux besoins à combler en main-d’œuvre.  Comme l’étude est «privée», les coûts de cette option ne sont pas divulgués pour l’instant.

«C’est le comité qui travaille là-dessus. Ils vont présenter les options au conseil des maires, qui prendront une décision. La priorité, c’est de ramasser le plus de matières. Ils peuvent décider d’y aller pour le bac brun. Ce qu’on voit toutefois, c’est que la participation est difficile. Est-ce que ça va atteindre un niveau de récupération intéressant?» questionne M. Boulianne.

Une solution meilleur marché

« Nous avons déposé l’étude avant la COVID. Elle favorise la première façon de faire le tri mécano-biologique. Il n’y a pas de coût de collecte supplémentaire, il n’y a pas d’achat de sacs ou de bacs.  C’est regardé très très sérieusement», avance Michel Boulianne, responsable de la  gestion des matières résiduelles à la  MRC Charlevoix-Est.

Les autres options déjà discutées ont un coût. Celle du compostage par bac brun comprend des investissements en bacs et en transport pour la collecte. Quant au  compostage par sacs identifiables dans le bac vert, l’idée est toujours sur la table. Enfin, le robot en charge de retirer ces sacs de matières compostables pourrait aussi être acheté.

Les maires et mairesses de Charlevoix-Est s’arrêteront sur une orientation claire d’ici la fin de l’année. Rappelons que le gouvernement du Québec a repoussé la date du compostage municipal obligatoire dans les municipalités de la province. C’est en 2025 que les  villes et villages devront garantir l’accès à un service de récupération des matières organiques à leurs citoyens.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires