L’emplacement d’un futur stationnement du projet du Club Med dérange

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
L’emplacement d’un futur stationnement du projet du Club Med dérange
Une douzaine de citoyens de Petite-Rivière-Saint-François ont donner leur opinion sur le stationnement projeté.

Un stationnement projeté par le projet du Club Med Charlevoix près du Domaine à Liguori dérange les citoyens, qui ont fait part de leurs inquiétudes lors de la séance du conseil des maires de la MRC de Charlevoix ce 10 juillet.

Une douzaine de résidents de Petite-Rivière-Saint-François ont indiqué l’importance de conserver ce lieu historique. C’est aussi une question de développement économique puisque la clientèle de la cabane à sucre du Domaine à Liguori aura désormais une vue sur le stationnement. «Des écrans végétaux de 15 mètres sont prévus et pour nous c’est un minimum, a soutenu Guillaume Néron de la Coopérative de l’Affluent. Le stationnement dénaturait complètement les lieux ».

Le stationnement projeté se situe entre les espaces verts et jaunes sur cette carte. En jaune c’est le Domaine à Liguori. 

L’aspect environnemental a aussi été évoqué parce que  le stationnement de 150 places serait dans un milieu humide. « Notre but est que le déboisement ne soit pas autorisé. On demande que le stationnement ne dépasse pas la rue Émile-Gagné et d’agrandir les deux autres stationnements prévus, a indiqué une autre citoyenne. Même si tout est légal, est-ce que c’est une bonne idée ce stationnement ? Il faudrait au moins ouvrir le dialogue et leur faire part de nos préoccupations surtout que nous sommes leur  voisins immédiat. Cela aiderait à l’acceptation sociale du projet. »

Les plans et devis du Club Med ont été accepté par la municipalité de Petite-Rivière-Saint-François. «Le déboisement est débuté, mais il a été interrompu, a soutenu le maire Gérald Maltais. Sur les terres publiques, les arbres ne peuvent être coupés durant l’été jusqu’à la mi-août. Nous avons délivré les permis. Nous allons vérifier à nouveau afin de voir si tout est conforme où les rubans ont été installés. »

L’autorisation de déboisement ne concorde pas avec les plans selon une citoyenne. La préfet Claudette Simard a soutenu que « la MRC travaille en respectant les règlements. C’est normal de se poser des questions. Vous serez informés dès que nous aurons les réponses à vos interrogations. »

La directrice générale de la MRC de Charlevoix, Karine Horvath, a indiqué que l’aménagiste se rendra sur les lieux pour vérifier le marquage effectué pour le déboisement afin de vérifier si tout est conforme.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des