Rentrée scolaire retardée : les profs ne le font pas pour le tourisme

Photo de Lisianne Tremblay
Par Lisianne Tremblay
Rentrée scolaire retardée : les profs ne le font pas pour le tourisme
La rentrée scolaire retardée a suscité plusieurs réactions.

Les enseignants ont accepté le calendrier scolaire, qui permet une rentrée scolaire le 3 septembre, parce qu’ils souhaitaient que les parents puissent profiter d’une semaine supplémentaire en août avec leurs enfants.

« Nous avons mené une consultation en ligne auprès des enseignants pour connaître leur opinion sur le calendrier scolaire , a mentionné la présidente du syndicat des enseignants de Charlevoix, Kathy Beauséjour. Les enseignants avaient le choix entre deux scénarios de calendrier scolaire. Ils ont voté en majorité pour retarder la rentrée afin de faciliter la prise de congé des parents avec leurs enfants. Sur les 350 enseignants, un bon nombre ont des enfants et comprennent bien les besoins des parents. Aucun enseignant n’a fait mention des besoins de l’industrie touristique, mais tant mieux si cela peut les accommoder ».

Le conseil des commissaires a adopté le nouveau calendrier scolaire lors de sa séance publique la semaine dernière. « Les employeurs n’ont pas fait de représentation auprès de nous, mais nous savions par la bande que cela les aiderait d’avoir les étudiants de secondaire 4 et 5 une semaine de plus. Les commissaires Noëlle-Ange Harvey et Sonia Tremblay en avaient aussi fait la demande. Nous avons collaboré avec le syndicat et tout le monde était d’accord. Étant donné que nous ne pouvons pas déroger aux 180 jours obligatoires d’écoles, nous avons réorganisé les journées pédagogiques. Nous avons démontré une certaine flexibilité et nous en ressortons gagnant-gagnant », a mentionné la directrice générale de la Commission scolaire de Charlevoix, Martine Vallée.

L’année scolaire ne se terminera pas plus tard en juin pour les élèves, mais les enseignants auront leur dernière journée de travail le 26 juin.

Le maire de l’Isle-aux-Coudres, Patrice Desgagnés, se dit heureux de cette initiative qui sera bénéfique pour toute la région de Charlevoix. « Nous en avions fait la demande au conseil municipal. Nous avions déjà reçu une réponse négative du CECC (Centre d’études collégiales en Charlevoix) . Ce sera intéressant pour les employeurs de pouvoir profiter de main d’œuvre étudiante jusqu’à la fête du Travail. Nous avons aussi reçu la demande pour prolonger le camp de jour. Nous allons évaluer ce que nous pouvons faire. »

Le Camp Le Manoir sera en mesure de prolonger son camp d’une semaine. Le maire de Les Éboulements, Pierre Tremblay, qui siège au conseil d’administration, l’a confirmé. « Les enfants auront donc accès à neuf semaines au lieu de huit, a-t-il précisé. L’an dernier, le camp avait accueilli 200 enfants. Nous continuerons de collaborer avec les parents pour défrayer une partie des frais d’inscription ».

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des