C’est bien parti au Massif de Charlevoix

Par Dave Kidd 2:42 PM - 28 décembre 2021
Temps de lecture :

Photo Le Massif de Charlevoix Crédit : Jean-Sébastien Chartier Plante

La période des fêtes est bien partie au Massif de Charlevoix.

« Les invités (nouvelle appellation des clients) sont au rendez-vous et veulent profiter du plein air et des bonnes conditions », soutient la directrice communication marketing du Massif de Charlevoix, Maude Barrette Desjardins.

Pour une seconde année de suite, les skieurs et le personnel doivent respecter des mesures sanitaires imposées par le gouvernement. « Nous sommes mieux préparés et mieux équipés que lors de la saison dernière », mentionne la représentante du Massif.

Le contingentement mis en place l’an dernier, ne ferait pas de malheureux. « Les invités sont habitués à acheter les billets en ligne », poursuit-elle.

En date du 28 décembre, 29 des 54 pistes étaient accessibles. D’autres vont s’ajouter.

Les investissements réalisés l’été dernier ont permis de faciliter l’ouverture de la piste de luge. La section qui était difficile à enneiger n’est plus un enjeu. Elle est couverte par des personnes du nouveau système d’enneigement. Depuis le 23 décembre, on peut dévaler la piste de 7, 5 km.

Les mesures sanitaires ont forcé la station à revoir le transport vers la luge. C’est ce qui a conduit à l’émergence de l’activité « raquette-luge ». Les invités effectuent une heure de raquette alors que le véhicule « Cat ski », qui assurait la liaison à la luge, doit fonctionner à 50% de ses capacités.

Le Massif de Charlevoix a été forcé d’annuler tous les spectacles intérieurs. Le bar et le restaurant sont ouverts selon les normes sanitaires en vigueur. « L’accès est limité. Le passeport vaccinal est exigé », confie Maude Barrette Desjardins.

La flambée des cas de COVID-19 n’a pas eu d’impact sur le personnel du centre de Petite-Rivière-Saint-François. « Les opérations ne sont pas simples à gérer dans le contexte, mais les travailleurs ont le Massif à cœur », termine la directrice communication marketing.

Partager cet article