Oncologie à La Malbaie: le Comité de citoyens s’adresse au CIUSSS

Par Dave Kidd 8:14 AM - 28 Décembre 2021
Temps de lecture :

Les services d’oncologie seront transférés à l’Hôpital de Baie-Saint-Paul à partir du 28 décembre.

Après le maire Michel Couturier, c’est au tour du Comité de citoyens de l’hôpital de La Malbaie de demander au CIUSSS de ne pas relocaliser pour un mois le service d’oncologie à l’hôpital de Baie-Saint-Paul.

Dans une lettre adressée au PDG Michel Delamarre, le Comité dit faire appel « au bon sens d’une démarche humaine alors que les usagers doivent subir des traitements difficiles à supporter physiquement et moralement ».

Selon le mouvement, les personnes qui bénéficient des services à l’hôpital de La Malbaie trouvent le service adéquat et estiment que le personnel offre un très bon encadrement.

« Ce n’est pas un changement de local à la fine pointe qui palliera à quoi que ce soit.  Les usagers devront vivre des déplacements additionnels de 60 minutes pour certaines personnes  et  jusqu’à 2h à 3h pour les plus éloigner. C’est inhumain de faire subir un tel sort à ces personnes. L’hôpital de La Malbaie a un positionnement   géographique stratégique afin de desservir jusqu’à la Côte-Nord », écrit la porte-parole Anne Jean.  

Le Comité de citoyens de La Malbaie soutient que cette décision effective à compter d’aujourd’hui « apparaît purement administrative et le contexte de la pandémie ne peut être associé à ce déplacement de service », écrit-on aussi.

Toujours selon le Comité, une solution autre que la relocalisation temporaire existe. « Il serait possible de trouver des sections froides et organiser les lieux en prévision d’un besoin éventuel pour la COVID-19 à l’hôpital de La Malbaie selon ce que l’on nous rapporte ».

« Le cancer et la COVID-19 sont deux choses différentes », écrit-on plus loin dans le communiqué.  Le Comité signale également au PDG du CIUSSS « que le personnel est suffisant pour répondre aux besoins du département et que même des retraités seraient disponibles en cas de besoin. Nous ne connaissons pas le nombre d’hospitalisations relié à la COVID-19 dans Charlevoix, mais force est de constater que rien n’est confirmé en ce qui a trait à l’urgence d’une telle réaction », termine le Comité.

Partager cet article