Tourisme : « il manque de place » dans les restaurants

Par Karine Dufour-Cauchon 11:25 AM - 13 juillet 2020
Temps de lecture :

Le Bistro Local 245 de Pointe-au-Pic – Courtoisie

Contrairement à leurs attentes, les restaurateurs se réjouissent de voir que les visiteurs sont au rendez-vous dans leur salle à manger. Toutefois, un heureux problème se pose, car la demande est plus grande que l’offre régionale, amputée de moitié par les restrictions sanitaires de prévention contre la COVID-19.

C’est ce que souligne France Dufour, propriétaire des restaurants L’Orchidée de La Malbaie et du Bistro Local 245 de Pointe-au-Pic. Pour l’entrepreneure, l’engouement des visiteurs est un soulagement, alors que l’incertitude planait sur l’industrie touristique dans les derniers mois. Toutefois, la réduction du nombre de places assises ne permet pas d’accueillir tous ceux qui souhaiteraient venir en salle à manger.

«On est heureusement surpris de l’engouement des gens de revenir au restaurant. C’était notre plus grande peur, que les gens ne soient pas au rendez-vous. Il y a énormément de touristes, on est bien content de cela. On sait qu’on ne rattrapera pas le coup par rapport aux autres années. Il ne faut pas oublier que nous avons dû retirer des tables. Le gros défaut des gens en ce moment, c’est qu’ils réservent souvent à 18h et une fois leur repas terminé, ils ne se lèvent plus de la table. De plus, la saison est assez courte. Là, nous avons de l’achalandage, mais nous savons bien que ça ne durera pas jusqu’en décembre.  Nous avons peu de temps pour faire nos sous. C’est une nouvelle démarche que l’on doit prendre avec les gens qui réservent tôt, ils doivent comprendre que la table est redonnée deux heures et demie plus tard. C’est notre plus grande problématique en ce moment. On les comprend, ils profitent de leur sortie au resto. Mais nous, on doit ramasser le plus de sous possible avant la fin de la saison. Nous ne sommes pas beaucoup de restaurateurs, et on manque de place pour accueillir tout ce monde-là», a souligné Mme Dufour.

La pandémie aura au moins apporté un gain important pour les années à venir selon Mme Dufour. La région aura eu bonne publicité chez les Québécois. «On est quand même confiant. Le touriste québécois est très présent, plusieurs de nos clients disent découvrir Charlevoix pour la première fois et qui tombe en amour avec notre région. C’est une belle publicité pour nous dans l’avenir. Beaucoup de gens ont découvert Charlevoix avec cette pandémie et ça, ça va rester. Quand on vient ici dans Charlevoix, on veut revenir», a-t-elle témoigné en terminant.

 

Partager cet article