Le Camp Le Manoir des Éboulements et son aventure à 1 million$

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Le Camp Le Manoir des Éboulements et son aventure à 1 million$
Le Camp Le Manoir des Éboulements veut devenir propriétaire de ses lieux. Un investissement d’un million $ est prévu d’ici 2021 pour rénover les installations. (Photo Émilie Bernier)

Le Camp Le Manoir des Éboulements se lance dans une aventure à 1 million $. L’organisation prévoit devenir propriétaire des lieux et revamper les installations, dont certaines datent de l’époque seigneuriale.

L’investissement répond à deux objectifs : assurer l’avenir de l’organisme à but non lucratif et maintenir un service de qualité. Thomas Lepage-Gouin, directeur général du Camp, explique la teneur du projet d’envergure.

« D’abord, on vise l’amélioration des bâtiments et les mettre à jour. Nous sommes situés dans un Manoir seigneurial qui date des années 1800. Une mise à niveau a eu lieu dans les années 2000 et des bâtiments ont été ajoutés. Le site compte une douzaine de bâtiments. On doit s’assurer qu’ils soient au goût du jour pour continuer à livrer un service de qualité », souligne en premier lieu le directeur.

Planifier l’avenir est essentiel pour l’organisation qui entend prochainement devenir maître en sa demeure. « En deuxième lieu, le projet prépare la transition avec les prochains propriétaires. Nous (le camp) et la municipalité des Éboulements voulons devenir acquéreurs des lieux, qui sont présentement la propriété des Frères du Sacré Cœur. C’est important pour planifier notre développement, puisque les lieux sont la raison d’être du camp », explique ensuite Thomas Lepage-Gouin.

Une augmentation de 141 % de campeurs a accéléré la pression sur les infrastructures. Les travaux prévoient entre autres l’ajout d’un bloc dans le local d’escalade, le changement du mode de chauffage et la correction de problèmes structuraux du Pavillon. De plus en plus de jeunes participent aux différents camps proposés par l’organisme. On dénombre près de 9 200 jours de présence en camp, soit près de 600 campeurs.

La phase de financement suit son cours et des confirmations sont attendues. Pour l’instant, la MRC de Charlevoix a confirmé une bourse de 15 000 $ au projet. Le directeur entend mener le projet à terme autour de 2021.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des