Toujours sans médecin, Saint-Siméon revoit son recrutement

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Toujours sans médecin, Saint-Siméon revoit son recrutement
La séance du conseil de la municipalité de Saint-Siméon du 2 décembre.

Voilà maintenant huit mois que la municipalité de Saint-Siméon n’a plus de médecin couvrant son territoire.

Le maire de la municipalité, Sylvain Tremblay, affirme avoir eu une première rencontre le 2 décembre pour développer un nouvel outil de recrutement d’un professionnel de la santé.

En s’inspirant d’expériences similaires de petites municipalités du Québec, Saint-Siméon travaille maintenant sur un projet de site internet de recrutement. « L’idée c’est de monter un site internet avec le contenu qu’un médecin veut et doit connaître quand il va pratiquer dans une municipalité. Nous avons le canevas, il nous reste à évaluer les coûts, comment le financer et le monter » , explique d’abord l’élu.

« On a fait appel à quelqu’un qui a travaillé à des situations similaires dans d’autres petites municipalités comme la nôtre, où le recrutement de médecin est difficile.  On se demande comment ils ont procédé pour avoir un médecin, parfois même deux dans leur municipalité. On se dit que si ça a marché ailleurs, pourquoi ça ne marcherait pas chez nous ? » questionne-t-il.

Suite au départ du médecin Éric Gagné en mai, le Groupe de Médecine Familiale (GMF) de Charlevoix-Est a repris les patients du secteur et les a répartis parmi les différents médecins de familles de La Malbaie et de Clermont.

« On avait regardé la possibilité d’avoir une super-infirmière, le CIUSSS avait ouvert des candidatures mais aucune n’a été déposée. Nous avons quand même un CHSLD, une pharmacie, beaucoup de personnes âgées. On peut penser aussi aux citoyens de Baie-Sainte-Catherine, qui maintenant doivent eux aussi se déplacer davantage pour rencontrer un médecin. On sait que l’enjeu du transport pour les personnes vulnérables s’en vient de plus en plus problématique.  Une chose est sûre, c’est que je n’arrêterai pas de travailler », lance finalement le maire Tremblay.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des