Manon Fortin a « fait ce qu’elle pouvait »

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Manon Fortin a « fait ce qu’elle pouvait »
Manon Fortin avoue avoir "tout donné" pendant cette campagne. Elle en ressort avec un franc sourire et un bagage motivant.

Au fil du dépouillement des boîtes du comté, Manon Fortin du Parti Libéral du Canada a regardé avec déception la bloquiste prendre de l’avance. À 22h30, « son chien était mort », pouvait-on entendre lors de son rassemblement. « On ne peut pas remonter cette pente », avait-elle lancé, s’avouant vaincue.

Face au franc succès de Caroline Desbiens, elle s’est toutefois dite soulagée que l’issue de gouvernement soit rouge. « Il reste à voir comment on va se positionner pour travailler en chambre et atteindre nos objectifs conjointement avec le NPD, si nous demeurons minoritaires.  Je suis vraiment contente à ce niveau-là, puisque ça nous évite un gouvernement conservateur », s’est exclamée Mme Fortin, le soir du scrutin.

C’est en compagnie de sa famille et de ses proches qu’elle aura vécu cette campagne du début jusqu’à la fin.  Elle ajoute être fière d’avoir mené une campagne intègre, contrairement à son adversaire Raymond Bernier. « Je suis contente et satisfaite d’avoir fait une campagne propre et honnête. J’ai maintenu mon respect pour les différents candidats. Je ne crois pas que Raymond Bernier peut en dire autant », lance-t-elle.

Maintenant, Manon Fortin reprendra ses fonctions à titre de directrice de sa fédération nationale de centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes en santé et services sociaux du Québec. « On va conserver notre petite vie tranquille. Bien sûr, j’ai aimé mon contact avec les citoyens et mon expérience. Ça m’a appris beaucoup. Je ne crois toutefois pas me représenter », a-t-elle conclu.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des