Plaidoyer pour un retour au calme

Photo de Brigitte Lavoie
Par Brigitte Lavoie
Plaidoyer pour un retour au calme

Je ne sais pas pourquoi je suis encore surprise. Sans doute parce ce que je suis une incorrigible idéaliste. Et comme je déteste la chicane, je m’imagine toujours que le consensus arrivera au grand galop sauver la princesse tourmentée et ramener la paix.

Depuis le registre de la semaine dernière ayant signé (ou pas!?!) la mort du projet du Havre, l’ambiance est morose par ici et les réseaux sociaux ne sont pas un endroit où retrouver le moral perdu du Malbéen. J’haïs tellement ça la chicane et les guerres de tranchées Facebook que je pourrais déménager…

Mais bon, évidemment je vais rester ici. Parce que c’est beau et qu’on est bien et que j’aime ça la plupart du temps, surtout quand messieurs Jacques Tremblay, Michel Couturier et Éric Bertrand sont de bonne humeur. Peuvent-ils l’être tous en même temps? Ça, ça serait cool diraient mes enfants. Je les aime bien, tous les trois. Faut-il vraiment choisir un clan?

Il y a toujours quelque chose qui se brise dans la bisbille. Et ça ne donne tellement rien, sinon de faire grimper le thermomètre de l’animosité.

Dans notre gros village élargi de 8 271 âmes, dont quelque 6 900 électeurs vaccinés et en âge de voter, c’est assez impressionnant la vitesse à laquelle la pourriture a pris possession du climat. Un vrai changement climatique! Jeudi matin 21 mars, au moment d’écrire mes premières lignes, si les citoyens les plus argumentés étaient dans un champ, ils se tireraient des roches.

D’ailleurs, au moment où vous lirez ce texte, l’eau printanière aura coulé sous le pont Leclerc et la situation aura évolué pendant la dernière semaine. En date de vendredi dernier, heure de tombée locale, le référendum était finalement une possibilité (devenue une certitude?) pour les élus. Il y a aussi des citoyens du clan du « oui » qui alimentent une page Facebook à laquelle on a finalement ajouté un « e » à « J’appuie » (ah, les terminaisons de verbe…).

Et il y a Jacques Tremblay qui est d’accord (ben oui!) pour un référendum, mais sur un projet revu à la baisse… Une position pas claire, finalement, puisque s’il y a référendum, ce doit être sur le projet tel que présenté lors de la signature de registre. Si le projet est modifié, la Ville doit retourner en règlement d’emprunt et la procédure recommence du début…

À travers tout ce qui s’est dit jusqu’à maintenant (est-ce que quelque chose n’a pas été dit?) et face au beau bordel qui règne dans le salon des opinions Facebook, ce que j’ai aimé le plus est le texte du 20 mars de Dave Kidd, notre collègue de la radio CIHO-FM. (Dave, je vais faire un peu d’appropriation journalistique ici. Fâche-toi pas! Pu capable du monde fâché.) Donc M. Kidd incitait le maire Couturier à entendre ce que le milieu tentait de lui dire et à passer à l’action en organisant à l’automne des « chantiers » qui permettraient aux citoyens voulant s’impliquer de « projeter la Ville dans le futur » et d’élaborer avec les élus un projet rassembleur.

C’est vrai qu’on n’a jamais fait ça à La Malbaie, un genre de lac-à-l’épaule pour jaser de notre avenir. C’est surprenant, quand même, non? On répond à des sondages web sur l’aménagement du centre-ville, mais a-t-on déjà été invité à participer à un atelier citoyen comme celui que Saint-Irénée a organisé l’automne dernier?

Puisqu’à La Malbaie, comme ailleurs, les gens veulent donner leur avis et participer au processus d’idéation et de décision, pourquoi ne pas le permettre? Entre payer (oui oui, encore l’argent) pour un référendum qui va déchirer encore plus une population déjà à couteaux tirés ou payer pour des états généraux où nous pourrions mettre l’épaule à la roue, je vote pour la deuxième option, café inclus ou non.

Sinon, on peut aussi continuer de entre-tuer à coup de commentaires mesquins et changer d’allée à l’épicerie… Et cet été, pour tenter de réconcilier tout le monde, se faire un grand Woodstock avec pluie et boue sur notre terrain vague du chemin du Havre! Y a-t-il un Clément Turgeon dans la salle?

Partager cet article

4
Laissez un commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
DonaldMoniqueSylvie SanfaçonAnne Jean Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Anne Jean
Guest
Anne Jean

Ton opinion rejoint la mienne Brigitte. Plus qu’hier moins que demain. Je pense que le temps est révolue où ce n’était que par la voie du petit journal du comté que l’on pouvait apprendre et avoir des nouvelles de ce qui se passe et se fera chez-nous. Les médias sociaux sont cruels. Je le sais je l’utilise beaucoup. Trop même. Et je m’emporte. J’argumente avec les meilleures raisons du monde et ma meilleure volonté. M’en sortir. Je m’emporte parce que j’ai à cœur de contribuer à la réussite en famille de notre belle ville. Tristounet parfois le choc des idées… Read more »

Sylvie Sanfaçon
Guest
Sylvie Sanfaçon

Il faut distinguer chicane et désaccord, il y a une nette différence. Est-ce qu’on doit tout accepter pour éviter de soulever la controverse? Une saine opposition conduit aux meilleures décisions. Pour votre info., une réunion de consultation publique, dirigées par des professionnels, sur le développement de La Malbaie a déjà eue lieu et un rapport fut rédigé. Rapport qui identifie les caractéristiques particulières de notre ville sur lesquelles il faut tabler pour notre développement. Ce rapport a pris la direction du fond de tiroir sans être consulté! Trouver l’erreur!

Monique
Guest
Monique

Tellement un bon et beau texte qui je suis certaine rejoint beaucoup de personnes, les réseaux sociaux ne sont pas l’endroit pour la discussion. On espère un dénouement heureux .

Donald
Guest
Donald

Super bien dit faut pas tuer le projet il faut contribuer à aider à ce magnifique projet