Pour un Pacte rural plus réparti

Par 12:00 AM - 02 juillet 2014
Temps de lecture :

Le conseil des maires de la MRC de Charlevoix-Est a revu les critères entourant son Pacte rural. Un outil de développement économique que les maires souhaitent plus accessible avec une aide aux municipalités mieux répartie.

Une nouvelle façon d’attribuer les sommes disponibles « à l’image de la nouvelle table des maires », précise le préfet Sylvain Tremblay, ajoutant qu’auparavant, le choix des projets financés « étaient parfois difficile à comprendre ».

Ainsi, dans ce nouveau Pacte rural de 5 ans, l’enveloppe annuelle de 328 000 $ dévolue à la MRC de Charlevoix-Est prévoit 50 % des sommes pour des projets régionaux et 50 % pour les municipalités selon leur poids rata.  

« Comme ça, chacune des municipalités peut décider de ses projets, qui peuvent être à saveur beaucoup plus locale », résume M. Tremblay. Ainsi, par exemple, Saint-Siméon aura 16 800 $ par année pendant cinq ans. Si la somme peut paraître petite, M. Tremblay assure qu’elle peut faire la différence pour certains projets locaux qui auparavant n’aurait pas obtenu d’aide financière au Pacte rural.

« Le pacte rural a été fait pour développer la ruralité et répondre à des problématiques des municipalités dévitalisées. (…) Avec cette nouvelle grille de répartition des sommes, chacun va avoir sa part et on sent que se sera bien réparti, avec des projets très locaux et des projets régionaux. »

Tous les projets financés dans le cadre de cette entente de cinq ans, administrés par le CLD, devront recevoir notamment l’avis du conseil des maires de la MRC de Charlevoix-Est. Une étape supplémentaire nécessaire, selon le préfet Tremblay, afin que ses collègues et lui puissent avoir plus de détails sur les projets en œuvre sur le territoire.

Partager cet article