Humberto Pinochet au sommet de son art

Par Emelie Bernier 7 mai 2011 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

 

Le samedi 23 avril dernier, Humberto Pinochet, peintre charlevoisien d’origine chilienne a connu la consécration. C’est au Théâtre Marcellin à Laval à l’occasion du Gala Academia qu’il s’est vu remettre la plus haute distinction québécoise pour un peintre, soit le grand prix de l’Académie des Beaux-Arts du Québec. C’est en raison de son parcours exceptionnel, jalonné de participations à d’innombrables événements internationaux, que ce dernier s’est vu ainsi salué.

« Je me sens très content, parce que l’an dernier, c’était Charles Carson, un artiste de renommée mondiale. C’est un grand honneur qui vient de mes pairs, puisque c’est l’Académie qui te reconnaît dans ce contexte », explique l’artiste. Lui-même est membre de l’Académie. Il a même été sacré maître de cette institution.  « Ce qui est intéressant, c’est que je ne suis pas sûr qu’il existe ce genre de gala ailleurs au Québec. Ça donne du lustre au métier, de la dignité aux artistes. Ce n’est pas que les ventes qui comptent! Notre art n’est pas beaucoup couvert par la presse, la télévision alors je suis très reconnaissant et je voulais le partager avec mes concitoyens » de conclure M. Pinochet qui se considère d’abord comme un peintre d’ici.

Le Festival Rêves d’automne, Paysage en peinture, s’est aussi distingué puisqu’il a terminé parmi les 10 finalistes dans la catégorie des Symposia, qui salue les événements d’art au Québec s’étant particulièrement distingué par leur qualité et leur rayonnement. 193 candidatures avaient été déposées. 

Louis Bruens, Charles Carson et Caroline Bruens, directrice de l’Académie, entourent Humberto Pinochet.

Partager cet article