Sondage sur la satisfaction de la clientèle au centre de santé de Charlevoix

Par Emelie Bernier 26 janvier 2011 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

Entre le 25 janvier et 25 février 2010, 1322 personnes ont participé à un sondage destiné à mesurer le taux de satisfaction des usagers des services de santé de Charlevoix. Un an plus tard, les résultats sont colligés et présentés. Avec un taux de satisfaction de 85%, le CSSSC de Charlevoix et ses employés peuvent être fiers, mais certains secteurs commandent des améliorations.

 

Benoît Cimon a présenté hier les résultats du sondage mené l’an dernier auprès des différentes clientèles du centre de santé et de services sociaux de Charlevoix. Ce sondage, représentant une somme de travail colossale, est une réalisation conjointe du comité des usagers et de la direction générale adjointe, sous la gouverne de Carole Dumont. M. Cimon insiste pour souligner le leadership de Mme Dumont dans ce projet.

 

«Comment nous sommes perçus et comment nos services rejoignent la clientèle, c’est ça que nous avions le mandat d’identifier », explique M. Cimon.

 

Les résultats sont jugés très positifs. « Des éléments sont à revoir et à améliorer, mais dans une organisation consciencieuse, on est désireux de s’améliorer. Le questionnaire permet de situer où mettre les efforts », de poursuivre M. Cimon.

 

« Ça fait partie d’un processus d’amélioration continue. Le taux de satisfaction globale  se situe entre 85 et 90%. L’obstétrique obtient 95%, un score exceptionnel. Il y a des préoccupations, mais comme nous connaissons les résultats depuis le printemps dernier, des améliorations sont déjà entreprises sur le territoire, notamment dans les centres d’hébergement, au niveau de la nourriture », commente pour sa part le directeur général Guy Thibodeau.

 

L’investissement pécunier derrière ce sondage se situe entre 8000 et 12 000$, mais M. Cimon avoue qu’un tel processus, s’il devait être récurrent comme l’exige l’Agence de santé et de services sociaux, nécessitera des « effectifs plus importants ». « Faire faire le travail par une firme spécialisée coûterait dans les 40 000$. C’est complexe, on parle de clientèle avec des réalités différentes. Le taux de pénétration du sondage n’a pas été le même partout, avec une moyenne de 58%. Il faut  qu’on y mette les ressources nécessaires, qu’on implique davantage les employés et la clientèle et qu’on assure aussi un suivi des recommandations », conclut M. Cimon.

Partager cet article