Une dame d’exception nous quitte

Une dame d’exception nous quitte

Jacqueline Desmarais, célèbre mécène résidante de Sagard, s’est éteinte à l’âge de 89 ans samedi dernier. Connue pour son amour des arts et de la musique, cette grande dame a contribué grandement au développement du milieu culturel dans Charlevoix.
Sur le plan musical, le Domaine Forget de Charlevoix a bénéficié de sa grande générosité. Ginette Gauthier, directrice générale de l’établissement, parle de la perte d’une grande amie de longue date qui a été de toutes les étapes du développement de l’institution d’envergure internationale. « Elle a fait beaucoup pour le Domaine Forget et sa présence dynamisante lors de nos diverses rencontres façonnait souvent nos actions; elle a été de tous nos projets majeurs et notre réussite a toujours été associée à son écoute et à sa participation », souligne Paul Lafleur, qui siège sur le conseil d’administration depuis 1992. Elle a ainsi été étroitement associée au Fonds de bourses du Domaine Forget, qui porte depuis 2004 le nom de Fonds de bourses Jacqueline et Paul Desmarais du Domaine Forget. Ce dernier permettra à près de 150 jeunes artistes de se partager 165 000 $ pour participer à des classes de maître cette année seulement. Sensible et d’une grande simplicité, elle prenait toujours plaisir à rencontrer les jeunes et à échanger avec eux sur leurs projets de carrière. « Le conseil d’administration veillera à poursuivre l’œuvre de Mme Desmarais en offrant, entre autres, chaque année des bourses d’études aux jeunes artistes de la relève qui fréquentent son académie. Sa personnalité généreuse et passionnée restera à jamais une source d’inspiration pour nous tous », souligne Louise St-Pierre, présidente du conseil d’administration.

Jacqueline Desmarais chérissait également le Musée de Charlevoix. « Le musée ne serait pas le même sans la contribution de Jacqueline Desmarais au fil des ans », avance Annie Breton, directrice générale. Elle souligne que depuis 1990, l’Omnium Jackie Desmarais a permis d’amasser plus d’un million de dollars au profit du musée. Elle exprime sa gratitude pour l’apport inestimable de cette grande dame au domaine de la culture. « La disparition de Jacqueline Desmarais marque la fin d’une certaine époque, même si le legs des Desmarais est là pour rester », souligne Michel Couturier, maire de La Malbaie. Il dit espérer que les enfants vont perpétuer la tradition philanthropique de leurs parents et continuer à contribuer au bien-être collectif.
Jacqueline Desmarais s’est illustrée sur la scène nationale également. Elle a soutenu sans relâche l’Orchestre symphonique de Montréal et le chef Yannick Nézet-Séguin. Plus récemment, elle a prêté un violoncelle Stradivarius d’une valeur de 6 millions de dollars au violoncelliste québécois Stéphane Tétreault. L’Hôpital Sainte-Justine a aussi profité d’un don de 12 millions de dollars de la famille Desmarais en 2016. De plus, celle-ci a été de nombreuses fois honorée pour son travail philanthropique. En 2013, elle a été élevée au rang d’officier de l’Ordre du Canada en 2013, 14 ans après y avoir été admise comme membre. En 2012, l’Ordre national du Québec l’a honorée du titre de grande officière. L’année précédente, elle a reçu de Nicholas Sarkozy la Légion d’honneur française. Suite à son décès, de nombreux politiciens d’influence lui ont rendu hommage tels que Justin Trudeau, Mélanie Joly, Brian Mulroney et Valérie Plante.
Jacqueline Desmarais était âgée de 89 ans et elle était la veuve du fondateur de l’empire Power Corporation, Paul Desmarais. En 2015, le magazine «Forbes» estimait sa fortune personnelle à 4,2 milliards $US.