Charlevoix inspire le recueil de poésie Nous, au bout du quai

Par Jean-Baptiste Levêque 8:00 AM - 02 octobre 2022
Temps de lecture :

La couverture du recueil de poésie Nous, au bout du quai, de Jean Charlebois.

Le poète et romancier Jean Charlebois, à qui l’on doit notamment des chansons de Robert Charlebois, garde un souvenir marquant de son enfance dans Charlevoix. Il l’exprime à travers un recueil de poésie, Nous, au bout du quai, publié aux Éditions Charlevoix.

La sortie du recueil de 176 pages coïncide avec les 50 ans de carrière de l’écrivain, alors que sa première œuvre poétique était publiée en 1972. S’en sont suivis des romans, des nouvelles, des chansons et surtout des recueils de poésie. Celui-ci est présenté sous forme de triptyque.

« La première partie revient sur mon enfance passée à Baie-Saint-Paul, les étés chez mon grand-père Simard, qui avait un magasin général en face de l’église », relate l’auteur de 77 ans. « J’y ai mis des pages de mon journal intime, telles quelles, alors que j’avais 11 ans. »

« Dans la deuxième partie, la poésie et la prose se « coltaillent », puis la troisième partie parle d’amour. Je voulais y trouver des images qui font du bien », poursuit M. Charlebois. « Comme Félix Leclerc, j’aime écrire, j’aime trouver des images. »

Les thèmes récurrents de l’œuvre de Jean Charlebois sont l’amour, la mort et l’intime. Ils sont présents une fois de plus dans son dernier recueil, avec Charlevoix comme toile de fond. Le livre est dédié à son grand-père Simard et on y retrouve des allusions à Cap-aux-Corbeaux, au ruisseau Michel ou à la rivière du Gouffre, que son père aviateur rasait de près en avion.

Pour être cohérent avec son attachement envers la région, l’auteur tenait aussi à ce que son livre soit publié par les Éditions Charlevoix. « Quand ils ont accepté, j’ai perdu connaissance! », dit-il en riant. Mais c’est seulement une image, puisqu’il aime en trouver.

Serge Gauthier, des Éditions Charlevoix, est très heureux de cette collaboration. « Le recueil est tiré à 300 exemplaires. Ça parait peu pour un livre, mais c’est beaucoup pour de la poésie. Les éditeurs de Montréal en tirent généralement une centaine. Notre dernier recueil a été tiré à 200 exemplaires et il est épuisé! », confie-t-il avec fierté.

Le dernier recueil de Jean Charlebois sera distribué à travers le Québec par Prologue. Du côté de Charlevoix, il est en vente à la Librairie Baie-Saint-Paul et chez TOU & Cie à La Malbaie.

Partager cet article