Le Festival Jeunartist est lancé

Par Jérémy Harvey 6:28 AM - 02 août 2022
Temps de lecture :

Le groupe Fok Yë a ouvert le festival

C’est derrière l’Hotel de Capitaine lundi soir que Fok Yë, Megan Oak, B34ROW, Descendance ont eut la chance d’ouvrir le Festival JeunArtist, devant plus de 250 festivaliers en soif de découvertes musicales.

C’est le groupe Fok yë qui a réchauffé le public. Marie-L’Eau Desbiens Dufour, l’une des 6 organisateurs et chanteuse du groupe Descendance, explique que l’idée de créer un festival dédié à la relève lui est venue au mois de novembre, alors qu’elle assistait à un petit spectacle présenté par un auteur-compositeur-interprète dans la cafétéria de son cégep. « Je l’ai tout de suite trouvé tellement bon. À la fin du spectacle, je suis allé le voir pour savoir pourquoi on ne le connaissait pas plus, avec tout le talent qu’il avait. Il a simplement dit que ça peut devenir difficile de performer et de percer, alors je lui ai proposé de venir jouer à l’ile », mentionne-t-elle.

Elle a ensuite réalisé qu’un festival propice à la découverte d’artiste manquait. « Je me suis rendu compte qu’il y avait tellement de gens comme lui. Je voulais faire un tremplin pour les plus gros festivals, donner une occasion aux jeunes de percer et de se faire voir. J’ai réalisé qu’il y avait très peu de festivals qui offraient tout ça alors j’ai décidé, avec mon équipe, d’initier le projet », raconte-t-elle.

Sa famille étant propriétaire de l’Hôtel du Capitaine, c’était organique de choisir cet endroit pour accueillir en partie l’évènement. Il y a toujours eu une belle grande présence musicale dans l’hôtel. L’Isle-aux-Coudres, c’est vraiment un endroit spécial, mais il n’y a pas beaucoup de gros évènements, alors je veux la mettre en valeur. Je trouve tellement qu’il y a de jeunes Charlevoisiens(ennes) qui sont bourrés(ées) de talent, alors c’est une occasion de plus pour faire rayonner le talent d’ici », continue-t-elle.

L’organisation s’est bien déroulée, sans pépins. « Chacun avait ses compétences et au fil des mois, on fermait des dossiers. On est tous partis de zéro, sans aucune formation alors nous sommes extrêmement fiers du résultat », explique-t-elle.

En ligne, les ventes ont monté à plus de 200 billets, sans compter ceux vendus à la porte. « Pour la première édition, on ne s’attendait pas à ce que le festival soit aussi bien reçu, alors nous sommes choyés », termine-t-elle.

C’est mission accomplie pour le groupe Fok Yë
C’est Meghan Oak qui a suivit, avant B34ROW

Le Charlevoisien William Lavoie, aussi connu sous le nom de B34ROW, s’est aussi amené devant le public, une première depuis 5 ans. « J’ai commencé la musique au secondaire. J’ai participé à plusieurs concours, comme Secondaire en Spectacle, et j’ai gagné un prix, consistant à faire la première partie de Bernard Adamus, au Festif! de Baie-Saint-Paul », raconte-t-il.

Accompagné par quelques amis musiciens, celui qui a offert une représentation aux goûts rock-folk explique que « dès la fin de mon secondaire, je suis allé en soins infirmiers au cégep. C’est ce printemps que j’ai tout abandonné pour essayer de faire de ma passion – la musique – un métier. J’étais au travail quand j’ai reçu un message de Marie-L’Eau m’invitant au festival. J’étais super content ».

William Lavoie, surnommé B34Row, accompagné à droite de Jérémie Boutin

Celui qui compte à ce jour quelque 5300 abonnés sur Tik Tok raconte que « quand j’ai reçu l’invitation, j’étais en solo. Pour le spectacle, je suis vraiment content d’avoir un band, de sentir la basse et la batterie derrière moi qui soutiennent mes morceaux ».

L’une des personnes sur qui il a pu compter est Jérémie Boutin. Bassiste depuis plus de 10 ans, il a commencé à la guitare et a fini par tomber en amour avec la basse. Depuis la fin de la pandémie, il réussit à vivre de son art en compilant les contrats partout dans la province. Willian Tremblay raconte d’ailleurs à la blague que « toute la journée j’étais stressé, n’ayant pas fait de scène depuis 5 ans, mais Jérémie n’était pas stressé et ça m’a beaucoup rassuré ».

William est d’ailleurs la preuve que le festival de plait pas qu’aux festivaliers, mais aussi aux artistes. « Maintenant que le stresse de la scène est terminé, je vais pouvoir en profiter comme spectateur. C’est une super expérience les gens étaient près de la scène, ils dansaient, c’était vraiment incroyable. Je crois qu’on a fait du bon travail et que les spectateurs ont bien aimé », termine-t-il.

Le festival se poursuit jusqu’au 3 août.

Partager cet article