Le point de contrôle de Charlevoix cause la levée de celui de Tadoussac

Photo de Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Par Johannie Gaudreault - Initiative de journalisme local
Le point de contrôle de Charlevoix cause la levée de celui de Tadoussac

Comme la circulation est contrôlée sur la 138 à la hauteur de Saint-Tite-des-Caps, il n’est plus nécessaire selon la sécurité publique de maintenir un point de contrôle à Tadoussac. 

C’est ce qu’a annoncé la préfète de la MRC de La Haute-Côte-Nord, Micheline Anctil, que l’état-major provincial avait donné la directive de lever les barrages routiers de la Côte-Nord à 19 h le 8 avril. » J’ai été informée et non consultée « , a-t-elle précisé lors de la séance ordinaire de la MRC .

La raison est que la Côte-Nord est déjà accolée à d’autres régions qui sont aussi confinées, soit la Capitale-Nationale et le Saguenay-Lac-St-Jean, dont des contrôles routiers sont installés à Stoneham et Beaupré.

La MRC de La Haute-Côte-Nord a procédé rapidement à l’envoi d’une lettre de dénonciation de cette décision unilatérale au premier ministre François Legault, à la vice-première-ministre Geneviève Guilbault ainsi qu’à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

« Nous avons également fait parvenir cette lettre à la direction de la santé publique de la Côte-Nord et au commandant de la Sûreté du Québec, Carl Gauthier » , affirme Mme Anctil.

« Nous demandons le retour des barrages dans les plus brefs délais. On se sent menacés, on ouvre une passoire du côté des régions voisines. Jusqu’à 21 h hier soir, j’ai eu des contacts avec la Fédération québécoise des municipalités  et les cabinets ministériels », poursuit Micheline Anctil, aussi mairesse de Forestville.

Tous les préfets de la Côte-Nord s’ajoutent au débat depuis ce 9 avril en mettant de la pression sur le gouvernement. « Le chef des Innus Essipit Martin Dufour, demande également le retour des barrages routiers » atteste la préfète.

Au moment d’écrire ces lignes, les députés de la région attendent un échange téléphonique avec le ministre responsable de la Côte-Nord, Jonatan Julien à 11 h 45. « C’est une avancée, un dénouement positif à ce niveau-là » , a lancé Micheline Anctil.

La préfète demande aux citoyens de demeurer dans leur municipalité et souligne «  l’incongruence d’une telle mesure si on ouvre les frontières de la Côte-Nord » . Elle contactera le CISSS de la Côte-Nord en après-midi.

Les maires de la Haute-Côte-Nord ont adopté ce 9 avril une résolution unanime pour demander le maintien des barrages routiers à Tadoussac et Sacré-Cœur.

Avec Shirley Kennedy

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des