Les réserves du Musée de Charlevoix débordent

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Les réserves du Musée de Charlevoix débordent
Sylvain Gendreau, directeur général du Musée de Charlevoix, procédant à l'annonce de la nouvelle signature du musée, le 8 juin.

Le Musée de Charlevoix avance lentement mais sûrement dans son projet d’agrandissement. Sylvain Gendreau, directeur général de l’établissement culturel, s’entretient avec Le Charlevoisien sur le besoin criant d’espaces supplémentaires et de mise à niveau des lieux.

Le Musée de Charlevoix, construit depuis 1990, parle d’agrandissement depuis déjà quelque temps. Sylvain Gendreau fait le point sur les besoins du musée ainsi sur l’évolution des démarches en cours, tout en assurant que le projet de dépassera pas dix millions $.

« Il y a une étude qui a été faite en 2018, dont les résultats ont été connus du musée en juin dernier. On avait travaillé à définir les besoins. Comme l’immeuble a 30 ans, il y a des mises à niveau à effectuer. Certaines ont été faites il y a quatre ou cinq ans, mais il reste beaucoup de choses à compléter », débute le directeur général.

On reconnait qu’en plus des problèmes d’accessibilité à la mezzanine pour les visiteurs à mobilité réduite, l’espace de rangement est déficient. « Les réserves constituent un problème courant pour les musées. On a beaucoup de donations de grosses pièces et cela demande de l’espace », soutient ensuite M. Gendreau.

La location d’un entrepôt externe permet au musée de continuer ses activités. Avec cette solution temporaire, le musée peut y “déposer les choses qui ne sont pas des pièces d’artefacts. Cela nous donne un peu de temps avant d’avoir un nouvel entrepôt et de continuer à recevoir des collections d’un peu partout », poursuit le directeur qui ne refuse pas de donations pour autant.

Un virage techno ?

Le directeur mentionne également sa volonté d’ajouter une salle d’exposition supplémentaire, soit temporaire ou permanente. « On aimerait monter une exposition permanente sur l’histoire de la culture d’ici, partir d’où nous avons commencé jusqu’à ce que l’on fait de nouveau aujourd’hui comme culture dans Charlevoix », explique-t-il ensuite.

Dans le renouvellement de son offre muséale, l’institution pense à intégrer la technologie. « On a besoin de plus en plus d’interactivité numérique. On en intégrera probablement dès cet automne, mais on y va timidement pour bien apprivoiser les choses. Les besoins pour les jeunes sont là, mais cela ne veut pas dire que la technologie les rapproche du patrimoine à tout coup. Il faut trouver la meilleure approche », conclut M. Gendreau.

L’échéance fixée pour la réalisation du projet est de deux à trois ans. On soutient que les « sources de financement sont excellentes » pour le volet opérationnel de l’établissement.

Le musée travaille de concert avec le secteur public et privé pour compléter son montage financier, évalué à huit millions$, somme destinées aux travaux de mise à niveau.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des