À l’aube du 37e symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

Photo de Emelie Bernier
Par Emelie Bernier
À l’aube du 37e symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

Art, architecture, paysage,  environnement. Ces quatre thèmes sous-tendront le travail de la douzaine d’artistes de la cohorte 2019 du Symposium d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, le second sous l’égide de la directrice artistique Sylvie Lacerte. L’architecte Pierre Thibault, à qui on doit notamment le design du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, sera le porte-parole de l’événement qui se tiendra du 26 juillet au 25 août.

Très fière de la cohorte d’artistes qui s’installeront à Baie-Saint-Paul en août, Mme Lacerte aborde son second symposium avec sérénité et enthousiasme. «Nous avons eu des choix déchirants à faire, car de très bons dossiers ont été déposés. On a essayé de choisir des artistes dont les projets se collaient à la thématique et franchement, nous avons une cohorte exceptionnelle », avance Mme Lacerte.

Gillian Dyckeman, Georges Audet, Ann-Karine Bourdeau-Leduc, Jin Hua, le duo Béchard-Hudon, Sylvie Bouchard, Richard Cloutier, Denis Lanteigne, Anne Ardouin, Erica Stoller, Martha Townsend et l’artiste suédois Sébastien Mügge investiront l’école Thomas-Tremblay qui accueillera pour une seconde année les ateliers éphémères. On verra même un premier atelier extramuros, alors que l’artiste Denis Lanteigne créera « La maison de Molinari », une structure sur piliers, à deux pas de l’entrée principale.

« J’ai été la première directrice artistique à avoir le privilège de travailler à l’école Thomas- Tremblay. C’est un lieu qui se prête très bien au symposium. Les artistes sont à la fois dans leur bulle et dans un espace de rencontre. Il y a une intimité qui se crée avec les artistes. Les gens ont l’impression d’entrer dans les coulisses de la création », avance Mme Lacerte.

Plusieurs artistes comptent s’inspirer des particularités de Baie-Saint-Paul dans leur travail. Anne Ardouin interpellera notamment des jeunes du coin afin de créer une série photographique d’une quinzaine de portraits doublés de courts récits devant leurs lieux d’intérêts disséminés dans la ville. Georges Audet, de Jonquière, s’inspirera pour sa part de l’environnement sociogéographique de Charlevoix. Les rideaux de perle de l’artiste d’origine chinoise Hua Jin représenteront des paysages d’ici.

Le porte-parole Pierre Thibault offrira une conférence le 15 août à 16h30. De nombreux événements ponctueront le Symposium international dont la programmation complète peut être consultée sur le site symposiumbsp.com.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des