La MRC propriétaire de l’évaporateur du Domaine à Ligori

Par Emelie Bernier 18 avril 2011 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

La MRC de Charlevoix s’est porté acquéreuse de l’évaporateur du Domaine à Ligori afin d’en arriver à une entente concernant les garanties hypothécaires que détient un créancier, soit la Financière agricole Canada.

 

        

Pour la MRC, il s’agit d’une dépense de 30 000$.  « Dans nos démarches pour délier l’impasse, nous avions à faire des ententes avec 2 créanciers hypothécaires, dont la Financière agricole Canada qui souhaitait exercer sa créance, qui comprend notamment la cession de droit d’usufruit consentie à la Corporation du Domaine à Ligori » explique la directrice de la MRC, Karine Horvath.

 

En se portant acquéreur d’une partie des équipements acéricoles, la MRC est donc libérée de cette créance et peut envisager poursuivre ses démarches pour mettre fin à cette cession de droit d’usufruit.

La seconde créance implique la Caisse d’économie des travailleurs, un prêt garanti par une subvention du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition Féminine.

 

Cette subvention demeure effective si le Domaine à Ligori est pris en charge par un organisme  à but non lucratif. « Notre souhait, c’est que dès que la MRC mette fin à la cession de droit d’usufruit , qu’on s’entente ensuite avec un OBNL qui mettra en valeur les bâtiments et le site. Cet OBNL devra racheter les équipements pour le coût qui aura été occasionné à la MRC », de poursuivre Mme Horvath.

 

La Corporation du Domaine a Ligori traîne un déficit de près de 140 000$. « Le processus d’appel de projet est entamé. Nous avons produit un devis écrit qui sera envoyé aux promoteurs intéressés pour préciser les objectifs, les engagement à maintenir le caractère public, la mise en valeur des bâtiments, etc…  On donne un période pour soumettre le projet qui sera d’abord offert à la municipalité qui détient un droit de premier refus. Un sous comité se chargera d’évaluer les candidatures et de formuler une recommandation à la MRC. »

 

 

 

Partager cet article