Le Festif! au sommet de son art

Le Festif! au sommet de son art

Emelie Bernier

Alors que les bénévoles s’affairent à en effacer les dernières traces dans la ville de Baie-Saint-Paul, le Festif! peut sans hésiter proclamer le succès sans précédent de sa 6e édition. Une quinzaine de scènes courues par un public enthousiaste, une rue Festive! bondée et une présence médiatique sans précédent ne sont que quelques-unes des preuves tangibles qui confirment son ascension fulgurante.

Alignant les succès de ses années folles, Robert Charlebois a séduit un public bigarré où têtes blanches et bambins se côtoyaient dans une joyeuse euphorie. California, Lindberg, Dolorès, Tout écartillé, Concepcion, Les ailes d’un ange… Solidement appuyé par une dizaine de musiciens habiles et tout aussi enthousiastes que lui, le grand Garou a semblé tout d’un coup délesté du poids des années, le pas dansant et l’énergie contagieuse. 

Anne-Marie Dufour et Clément Turgeon ont peut-être leur mine des lendemains de veille, mais une vive flamme anime leurs yeux! « On est heureux! On plane, mais on est nostalgiques… On cherche le monde en sortant de l’école Thomas-Tremblay! », rigolent-ils en chœur, assis dans leur bureau sens dessus dessous.

La rue Festive! a connu un succès monstre, le soleil aidant! La rue Saint-Jean-Baptiste était ravissante, avec ce flot incessant de piétons souriants, butinant d’une scène à l’autre, d’un numéro de cirque à un spectacle. Ici, le délicieux Orchestre d’hommes orchestres, au sein duquel évolue Simon Drouin, originaire de Baie-Saint-Paul!

Le directeur général et artistique et son bras droit (et gauche) n’en reviennent toujours pas de cette édition exceptionnelle qui a ravi non seulement plus de 20 000 spectateurs, mais aussi les quelque 300 artistes invités. « Tout le monde veut revenir, comme Karim Ouellet qui a insisté pour venir donner un show surprise cette année! On a reçu des félicitations, des commentaires dithyrambiques! Ils disent tous qu’on a réussi à créer quelque chose d’unique, d’envergure, mais qui reste sympathique et chaleureux », commente Anne-Marie Dufour, visiblement survoltée par tant d’amour.

Claude Bégin, Fanny Bloom, Galaxie, Bernard Adamus, Mononc’ Serge, The Franklin Electric et plusieurs autres ont eu la tâche de faire veiller tard les convives des Après Festif! au centre communautaire Pro-Santé, au sous-sol de l’église et sous le nouveau chapiteau. Personne ne s’est fait prié… Qualité Motel (notre photo) a littéralement cassé la baraque.

À peine le spectacle de Radio Radio commencé, l’équipe du Festif!, a cru devoir fermer le site. Au final, plus de 7000 personnes s’y sont entassées sans souci. Une foule d’enfants « spéciale » est grimpée sur la scène avec Radio Radio, un autre moment mémorable signé Le Festif!

« On sent qu’il y a eu un buzz! La couverture a explosé! On avait plus d’une trentaine de médias et plusieurs m’ont dit “Ça fait des années qu’on fait des festivals; on n’a jamais vu ça!” », ajoute Clément Turgeon. Parmi ses coups de cœur, le spectacle surprise de Mara Tremblay au piano sur le bitume de la rue Saint-Jean-Baptiste. Et Fred Fortin, dans l’entrepôt à bières d’Accomodation Baie-Saint-Paul.

Le body surf, sport national au Festif! Hormis quelques contusions et de rares commotions, le bilan sécurité du Festif! est fort positif.

La foule connaissait par cœur les hits d’Alex Nevsky, ici avec sa choriste et claviériste Josianne Boivin.

Anne Marie avoue avoir craqué pour le spectacle d’Antoine Corriveau sur le quai. « C’est tellement un bel endroit! Il était temps qu’on l’exploite », commente-t-elle. Elle a particulièrement apprécié la performance énergisante de The Seasons, un spectacle offert à 17h dans un chapiteau bondé!  

Les jeunes Charlevoisiens Antony Deschênes et Kayla Fortin, gagnants de Secondaire en spectacle et du Prix du Festif! au même concours, ont cassé la glace avec aplomb vendredi.

La fanfare What Cheer Brigade, un autre bon coup de l’équipe de programmation!

Les deux évoquent aussi les performances endiablées de la What Cheer Brigade, ces 19 musiciens complètement allumés qui ont semé leur galvanisante musique de fanfare à toutes heures du jour et de la nuit, dont sur la rue Festive!, samedi. « La rue Festive!, c’est la première fois qu’elle est exactement comme on l’imaginait. Elle était à son paroxysme! », s’emballe Clément Turgeon. Le flot incessant de piétons qui l’a parcourue lui donne 1000 fois raison!

 Dylan Perron et Elixir de Gumbo lors d’une  prestation en plein soleil sur la rue Festive!

Si la température a parfois donné des airs de Rêves d’automne au festival estival, la pluie a épargné la plupart des spectacles extérieurs, au grand soulagement des organisateurs qui ont déjà le regard tourné vers l’édition 2016. Et pas question de s’asseoir sur les lauriers récoltés à pleines brassées. « Après cinq ans, on le sait, c’est difficile de rester dans le top, d’être aussi audacieux et surprenant, mais on a fait des bons coups avec les shows surprise, la scène sur le quai. L’an prochain, on va être dans le peaufinage, mais on va miser sur ce qui nous différencie », dit Anne-Marie Dufour, avant de retourner au grand ménage avec quelques-uns des 225 bénévoles qui ont prêté main-forte afin que la fête soit ce qu’elle fut!

Le Festif! 2015 a connu son apothéose avec le spectacle énergique des Trois Accords samedi soir. La scène s’est subitement remplie d’artistes visiblement enchantés de leur passage à Baie-Saint-Paul!