Dossier Accès au logement: Quatre murs synonymes de liberté pour Nicolas Girard

Par Emelie Bernier 6:24 AM - 03 mars 2021
Temps de lecture :

Nicolas Girard est de ceux à qui on a remis les clefs d’un appartement tout neuf aux Habitations aux 5 clochers il y a 6 ans.   Le point de départ d’une vie nouvelle.

Il faut dire que Nicolas a un parcours singulier. Musicien de talent, il a dévié d’une voie toute tracée à l’adolescence en rentrant en contact un peu trop étroit avec les substances illicites. «À cause de la consommation, j’ai développé une schizophrénie. Ça n’a pas été une période facile pour moi, pour mes proches. Je suis stable depuis 9 ans. Je me suis pris en main. La stabilité que mon appartement m’a donnée a beaucoup aidé », dit celui qui fêtait ses 39 ans le 25 février.

Quand sa maladie l’a obligé à quitter la maison familiale « (c’était devenu trop difficile pour tous »), Nicolas a vivoté à gauche à droite. Il a notamment vécu dans une famille d’accueil. «La dame était gentille, je n’ai rien à lui reprocher, mais ça n’avait pas aucun rapport. Je devais manger, me coucher, me lever à heures fixes. C’était loin d’une vie où tu t’accomplis. Moi, malgré la maladie, j’ai besoin de mon indépendance. j’avais vraiment besoin d’être chez moi! »

Son appartement est arrivé « comme une cerise sur le sundae ». «Je suis rentré ici et ma vie a pris un autre sens. D’abord, je n’étais plus seul : plusieurs personnes avaient vécu la même chose que moi. Je me suis fait des amis, il y a un bel esprit de communauté. On se voisine, on s’invite à souper. On s’entraide!

Et ma liberté n’a pas de prix!»

Vivre au cœur de Baie-Saint-Paul a des avantages non négligeables. « En étant ici, je suis près des services. Si tu as besoin d’aide, tout est proche. Moi, je viens de St-Jos. Quand tu as 25, 30 ans, que tu vis à Saint Jo, que tu n’as pas d’auto, t’es quasiment mort! », rigole-t-il.

Parlant d’auto, Nicolas en a acheté une récemment, une autre corde à l’arc de son indépendance. Elle est stationnée tout près du bloc devant lequel il prend fièrement la pose.

«C’est la plus belle place où j’ai habité. J’ai des amis qui m’envient! Les services offerts sont bons. On peut compter sur Marie Hélène et Laurie (Gagnon et Simard) quand on a un problème. Vraiment, j’espère pouvoir rester encore longtemps. Je suis très fier de m’organiser. J’ai trouvé ma place, je me sens chez moi!»

Les partitions éparpillées tout autour de la guitare qui trône dans le salon en sont témoins.

Partager cet article