Les assistés sociaux s’appauvrissent, craint le Collectif pour un Québec sans pauvreté

Par Julien-Pierre Desmeules-Paré 10:14 AM - 08 février 2021
Temps de lecture :

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté demande au gouvernement d’ajuster le tir par rapport aux montants nécessaires pour une couverture des besoins de bases.

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté exhorte le gouvernement à tenir compte de la révision de la Mesure du panier de consommation (MPC) par Statistique Canada afin d’éviter de priver les personnes assistées sociales de 1 020 $ par année.

Pour venir en aide aux personnes assistées sociales, le gouvernement a mis en place le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion et la participation sociale 2017-2023.

Ce plan vise à garantir un revenu disponible équivalant à 55,1 % de la MPC aux personnes à l’Aide sociale, à 77,6 % de la MPC aux personnes à la Solidarité sociale et à 90,1 % de la MPC aux personnes à la Solidarité sociale de longue durée.

Cependant, une révision de la MPC par Statistique Canada, en septembre dernier, a fait augmenter le montant nécessaire à la couverture des besoins de base de 17 820 $ à 20 080 $ pour 2018, et après indexation, à 20 767 $ pour 2021. Cette révision n’est actuellement pas tenue compte par le gouvernement.

Selon Serge Petitclerc, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, « sur une base annuelle, le refus du gouvernement de tenir compte de la révision de la MPC prive les personnes à l’Aide sociale de 1 020 $, les personnes à la Solidarité sociale de 856 $ et les personnes à la Solidarité sociale de longue durée de 1 208 $ ».

« Le Collectif ne cesse de répéter que les cibles du dernier plan de lutte contre la pauvreté sont nettement insuffisantes. Que le gouvernement vise moins que la couverture des besoins de base pour les personnes assistées sociales est scandaleux. Car donner moins que le minimum reconnu, c’est compromettre la santé et la dignité des gens. », exprime-t-il dans un communiqué.

Pour M. Petitclerc, ne pas tenir compte de la révision de la MPC a une conséquence grave et bien réelle puisque des personnes qui n’ont déjà pas des revenus suffisants pour couvrir leurs besoins de base se voient privées de sommes qui devraient leur revenir.

« Pourquoi le gouvernement s’obstine-t-il à utiliser des montants qui ne correspondent pas à la réalité économique d’aujourd’hui, si ce n’est que pour économiser, encore une fois, sur le dos des plus pauvres? », dit-il.

Rappelons que le Collectif pour un Québec sans pauvreté a soumis un mémoire au ministre des Finances pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il ajuste de façon urgente les montants versés aux personnes assistées sociales en tenant compte de la MPC révisée. Il l’exhorte également à s’engager, dès maintenant, à viser la MPC pour toutes et pour tous.

Partager cet article