Hôpital de La Malbaie : cinq jours de suspension pour cellulaire au travail et déloyauté

Par Karine Dufour-Cauchon 3:45 PM - 06 novembre 2019
Temps de lecture :

l’Hôpital de La Malbaie

Louis Desbiens, infirmier auxiliaire de nuit à l’Hôpital de La Malbaie, a maintenant reçu une suspension de cinq jours de la part de son employeur, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale. 

Ce dernier s’était confié sur sa page Facebook en septembre sur l’ambiance de travail qui était devenue « insoutenable » depuis la fusion des centre de services de la Capitale-Nationale. Il avait fait alors l’objet d’une rencontre disciplinaire alors qu’on lui reprochait d’utiliser son téléphone sur les heures de travail. L’employé avait tenu à s’exprimer publiquement sur une hausse des mesures disciplinaires chez les ressources humaines de l’Hôpital de La Malbaie.

Dans les dernières semaines, il a témoigné avoir fait l’objet d’une suspension de cinq jours sans solde en raison de son comportement « irresponsable », comme on peut le lire dans une missive du CIUSSSCN à son intention.

Une seconde réprimande est d’ailleurs portée à son intention dans la lettre. On lui reproche d’être « déloyal » envers l’organisation, même, qu’il a manqué à son «devoir de loyauté », considéré comme un manquement important par le CIUSSSCN.

Finalement, la sortie publique de l’employé lui a valu une autre critique, soit de  « nuire au recrutement déjà difficile en contexte de pénurie de main-d’oeuvre ».

En septembre, M. Desbiens a d’abord été rencontré concernant l’utilisation de son téléphone sur un quart de travail de nuit. Il s’agissait alors pour lui de « la goutte qui a fait déborder le vase ». L’homme reconnaissait alors que l’utilisation de son téléphone cellulaire est proscrite, mais soutenait que le ton de sa rencontre tenait davantage sur l’image du CIUSSS que sur son cas particulier.  Le syndicat de la FIQ avait ensuite enclenché une enquête sur lesdites pratiques de gestion du CIUSSS. 

Des discussions sont en cours avec les représentants syndicaux afin de monter un grief dans la présente affaire.

Partager cet article