Ferme du Gouffre: 2 millions en dommages

Par Gilles Fiset 1:35 AM - 09 juin 2017
Temps de lecture :

Les dommages causés par l’incendie qui a ravagé l’étable et certains autres bâtiments agricoles de la Ferme du Gouffre, durant la nuit de mercredi à jeudi de cette semaine, sont évalués à environ 2 millions de dollars, selon ce que rapporte le propriétaire, Nicol Simard.
1-dsc_1543
L’étable est une perte totale et elle contenait 182 têtes, toutes des vaches holsteins pur sang, « Un des bons troupeaux d’élite. On a eu une vache qui a reçu une mention honorable à l’expo printemps du Québec voilà un mois et demi », énonce M. Simard.
1-dsc_1532
Certaines bêtes ont pu échapper au triste sort du troupeau. « On a réussi à faire sortir cinq génisses par l’autre extrémité où le feu n’était pas encore arrivé et 23 taures gestantes qui vont vêler d’ici décembre. 28 têtes qui vont nous aider à repartir notre troupeau », énonce M. Simard en ajoutant que les animaux seront pris en charge par d’autres producteurs de la région et que le foin qu’il s’apprêtait à couper sera vendu en ballots.
Un ventilateur défectueux
Selon Nicol Simard, un ventilateur défectueux aurait causé le terrible incendie. « Il est possible que ce soit une des boîtes de contrôle des ventilateurs qui aurait mis le feu. Un ingénieur de la compagnie d’assurance est venu chercher les boîtes pour les inspecter, dit-il. C’est l’inconvénient d’avoir des ventilations mécaniques avec des moteurs. Il ya toujours un risque d’incendie même si tout a été posé par un électricien qualifié selon les normes en vigueur ».
1-dsc_1553
30 000 $ pour se débarrasser des carcasses
Les décombres fument encore que la famille Simard et leurs employés sont déjà à l’œuvre pour ramasser les décombres, sauver ce qui peut l’être encore, mais surtout, se débarrasser des carcasses des quelque 180 animaux morts dans l’incendie qui a fait rage durant la nuit de mercredi à jeudi. « Avec les chaleurs de ces derniers temps, ce ne sera pas long que les carcasses vont commencer à sentir », affirme Nicol Simard, Propriétaire avec son épouse de la Ferme du Gouffre.
Selon M. Simard, la procédure habituelle pour disposer des carcasses des bêtes mortes durant l’incendie s’avérerait extrêmement coûteuse, étant donné l’éloignement des endroits disponibles et les normes de transport. « Les seules places où je peux aller les éliminer, c’est à Saint-Nicéphore, de l’autre côté de Drummondville ou à Hébertville au Lac-Saint-Jean à près de 200 km d’ici. Il faut dire aussi que ça prend des camions étanches pour être certain que rien ne coule des carcasses durant le transport », explique l’agriculteur en ajoutant qu’« on a évalué l’opération à 25 000 ou 30 000 $ ».
Une solution beaucoup moins onéreuse et tout aussi acceptable pour le ministère a été trouvée cependant. « On va faire des fosses dans le champ. On a discuté avec un représentant du ministère qui m’a envoyé la réglementation et on va enfouir les carcasses dans des sites différents avec de la chaux par-dessus. C’est la meilleure façon selon ce que l’on a discuté et j’ai le droit de le faire. Donc si les gens voient plein de trous dans le champ, ça va être le cimetière des vaches de ce qui a été notre troupeau », confie Nicol Simard avec un peu d’amertume dans la voix.
 
 
 

Partager cet article