Petite-Rivière-Saint-François laisse aller le Domaine à Liguori

Par Emelie Bernier 27 avril 2012 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

 

La dernière séance du conseil a scellé le sort du Domaine à Liguori. La municipalité a pris la décision de ne pas poursuivre la gestion du Domaine, une issue que plusieurs avaient prédit suite au résultat du sondage mené auprès des citoyens.

 

« On exerce pas notre droit de premier preneur, c’est une décision unanime du conseil. Il y avait quelques conseillers qui croyaient fermement que le sondage serait plus serré que ça et la réponse a été tranchante. Personne ne s’est pas objecté à la résolution »,a expliqué Gérald Maltais, maire de la municipalité.

 

Une dizaine de personnes ont assisté à la réunion extraordinaire la semaine dernière et certains ont exprimé leurs craintes. « Ce n’est pas que les citoyens voulaient qu’on injecte encore de l’argent, mais ils se  sentaient perdant côté patrimonial. On a voulu les rassurer. Ça demeure sur notre territoire! La MRC va se trouver un partenaire qui aura les moyens financiers pour opérer et le maintenir en bon état », ajoute-t-il.

 

Des suggestions sont d’ailleurs faites à la MRC pour le maintien d’un centre d’interprétation du plus vieux site de peuplement dans la maison à Liguori, de même que pour un accès gratuit aux sentiers du Domaine pour les résidentes. «Ce sont des choses qui étaient connues. Le Massif avait déjà dit qu’ils accepteraient, mais on l’a mis dans notre résolution pour leur rafraîchir la mémoire », a commenté M. Maltais.

 

La résolution présentant la position de la municipalité sera soumise au prochain conseil des maires. La MRC, qui a déjà informé Groupe Le Massif de la décision du conseil de Petite-Rivière-Saint-François,  pourra par la suite procéder avec le transfert de pouvoir.

 

Le Massif toujours intéressé

Du côté de Groupe le Massif, on confirme que l’intérêt envers le domaine est toujours là. «On voulait respecter la décision de l’instance municipale et on l’a donc attendue. À partir de maintenant, la balle est dans le camp de la MRC.  On verra les conditions de cession qui pourront privilégiées», commente Michel Guimond des relations avec le milieu.

 

Le plan élaboré par le Massif inclut le respect des demandes municipales et comporte 3 volets, soit le volet culture acériacole partie, le volet historique et patrimonial et le volet plein-air dans une formule 4 saisons. Le plan de développement de la montagne, qui sera présenté sous peu, devrait en dire plus long.

 

M. Guimond hésite à parler d’échéancier. «Il y a des discussions à avoir et si elles sont ardues, ce sera plus long », illustre-t-il.

Partager cet article