Des ventes garanties de copeaux à Résolu

Des ventes garanties de copeaux à Résolu

Le fait que Produits forestiers Résolu se garantisse un approvisionnement en copeaux pour sa papetière de Clermont a facilité de beaucoup la transaction qui a permis au Groupe Lebel d’acquérir le complexe forestier de Saint-Hilarion, en début de semaine.

« La bille de bois, c’est 50% en sous-produits, en copeaux et en sciures. Ce sont des revenus importants à tirer de nos approvisionnements », affirme Gérald Baril, directeur du développement des affaires du Groupe Lebel. Ainsi, ce sont donc des revenus garantis, beaucoup plus significatifs que si ces résidus servaient à produire de la biomasse, qui fonctionne à base de résidus forestiers.

Comment se passera la suite des choses? « Il faut voir comment intégrer Saint-Hilarion dans la structure du Groupe Lebel, habitué de gérer des entreprises de cette grosseur. La scierie de Saint-Hilarion se situera au milieu des neuf entités que possède Groupe Lebel en ce qui a trait à la taille du moulin. Nous sommes donc à l’étape de la structure et des tâches administratives et de prendre des informations pour mieux connaître notre entreprise », soutient le directeur, qui précise qu’il n’a a pas de séchoir, ni de ligne de rabotage dans Charlevoix. « Il faut donc évaluer le scénario de produits et les investissements que nous pourrions y faire », prend-il soin d’ajouter.

Simard heureuse

« Je suis très heureuse. J’ai su la semaine dernière que ce dossier avait évolué et que des entrepreneurs avaient manifesté un intérêt. C’est la meilleure solution pour la région. Groupe Lebel, ce sont des gens de région qui connaissent bien les réalités régionales, les impacts dans le milieu et les espoirs des travailleurs qui veulent vivre ici. Notre objectif premier est d’assurer la pérennité des opérations », a commenté Caroline Simard, députée de Charlevoix – Côte-de-Beaupré, qui a été sollicitée à plusieurs reprises dans ce dossier au cours des dernières années.

L’espoir renaît car Mme Simard a senti lors des discussions avec des membres du Groupe Lebel que les approvisionnements forestiers ne causeraient plus de problèmes pour ces dirigeants qui possèdent des garanties de matières ligneuses en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, entre autres, en plus de vouloir acheter de la matière des producteurs privés.

Le Charlevoisien a validé certaines informations auprès de connaisseurs du milieu forestier. Selon ces sources bien informées, Produits forestiers Résolu et le Séminaire de Québec n’entretenaient pas les meilleures relations. Avec Groupe Lebel qui se dit acheteur, une partie de la solution pour fonctionner à l’année pourrait s’y trouver.

Nous avons logé un appel au maire Rénald Marier, qu’il n’a toujours pas retourné.