Une croissance moins marquée cet été en tourisme

Une croissance moins marquée cet été en tourisme

Karine Lavoie, une des employés du poste d’accueil touristique de Baie-Saint-Paul devant un des panneaux du poste faisant l’éloge de la région.

La région a connu une croissance d’environ 5 % cet été, 7,5 %de moins que l’an dernier, rattrapant en cela la moyenne nationale.

Depuis plusieurs années, on constate une augmentation du tourisme dans la région, selon Jacques Lévesque. En 2011, le taux d’occupation était de 39 % tandis que cette année, il devrait se situer autour de 49,7 %. Une belle performance pour le directeur général de Tourisme Charlevoix, surtout si on tient compte en plus que la région compte beaucoup plus d’unités d’hébergement cette année qu’il y a 7 ans, faisait remarquer lors de l’entrevue téléphonique.

Il faut dire que la croissance des deux années qui ont précédés 2018 a été exceptionnelle. L’année 2016 a connu un taux d’environ 9 % de croissance par rapport à 2015. Pour ce qui est de 2017, ce fut une année presque record avec un taux de croissance de 12 % par rapport à l’année précédente. Le tout étant mesuré d’une façon précise grâce à l’Indicateur moyen en hébergement.

Cependant, la saison touristique a été bonne, selon Jacques Lévesque et « une augmentation, même si elle a été moins forte que la précédente, reste une augmentation », affirme-t-il. « On va quand même avoir une augmentation du nombre de nuitées d’hébergement par rapport à 2017 et ça, c’était dur à battre », ajoute-t-il.

Tactique d’après G7

Tourisme Charlevoix n’est pas resté inactif depuis le Sommet du G7 à La Malbaie, les 8 et 9 juin. « On a un plan de match en cours de réalisation. Jusqu’à Noël 2018, on fait des tournées de la région avec des journalistes de France, d’Allemagne, du Japon et du Canada surtout », énonce Jacques Demers.

« On leur montre pourquoi le premier ministre a décidé de venir dans Charlevoix en leur parlant de notre accueil dans la région, de la beauté des paysages, de la qualité de la nourriture », explique le directeur général de Tourisme Charlevoix. « Jusqu’à maintenant, les journalistes semblent emballés par ce qu’on leur présente et on pense que ça va avoir des retombés très positifs », ajoute-t-il.