Un souper-bénéfice pour venir en aide aux sinistrés

Un souper-bénéfice pour venir en aide aux sinistrés

Environ 150 personnes ont répondu à l’appel du maire de Baie-Sainte-Catherine Donald Kenny samedi dernier et ont participé à un souper spaghetti pour venir en aide aux sinistrés de l’endroit. En fait, plus d’une semaine après l’incendie qui a détruit trois résidences, la municipalité est encore sous le choc et tous tentent d’aider à leur manière.
La salle des loisirs de l’endroit était remplie de citoyens désirant venir en aide à leur prochain. « Nous sommes un petit village, nous sommes tissés serrés », explique M. Kenny. En effet, tous connaissent d’une manière ou d’une autre une ou des personnes qui ont été touchées par le drame et qui ont tout perdu. Cette proximité explique la forte mobilisation de la communauté pour leur venir en aide.
« J’ai visité les sinistrés pour essayer de les encourager. Mais ce n’est pas évident pour eux. Ce monde-là n’a plus de brosses à dents! » décrit l’élu. Bien que ces personnes étaient assurées, ces dernières n’ont pas encore reçu d’indemnités, et n’en recevront pas d’ici plusieurs semaines. La levée de fonds vise à combler leurs besoins urgents et immédiats.
Donald Kenny est très heureux de constater la générosité des Charlevoisiens et Charlevoisiennes. « Ça me touche de voir tous ceux qui donnent. Depuis la dernière semaine, nous avons reçu de nombreux dons en argent et en vêtements. Et ce soir, je lève son chapeau à tous ceux et celles qui participent au souper spaghetti », déclare-t-il. D’ailleurs, l’événement-bénéfice a été rendu possible grâce aux dons de nombreux commanditaires.
Signe que la tragédie a touché tous les Charlevoisiens et Charlevosiennes, Jean-Pierre Gagnon, maire de Clermont, Claire Gagnon, mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs et Sylvain Tremblay, préfet de Charlevoix-Est et maire de Saint-Siméon se sont déplacés pour encourager la cause. « Lorsque nous les maires, nous travaillons tous ensemble, nous nous devons d’être solidaires. Lorsque nous passons devant l’endroit où se trouvaient les trois maisons incendiées, nous n’avons pas d’autre choix que d’être généreux. Les gens de Saint-Aimé-des-Lacs sont derrière ceux de Baie-Sainte-Catherine », affirme Mme Gagnon.
Le 30 avril, le maire Kenny a révélé que 6 000 $ avaient été amassés jusqu’à maintenant. Il assure que les sommes seront distribuées équitablement entre les sinistrés.