73 250 $ investis dans les cours d’école

73 250 $ investis dans les cours d’école

Les partenaires impliqués dans le projet, en compagnie de la députée Caroline Simard.

Caroline Simard, députée de Charlevoix—Côte-de-Beaupré, a annoncé que 73 241 $ seront investis dans les cours des écoles Marie-Victorin, de Saint-Siméon, et Saint-Pierre, de l’Isle-aux-Coudres, ainsi qu’à l’école secondaire du Plateau de La Malbaie.

« Cet investissement dans le patrimoine scolaire de la région de Charlevoix est un excellente nouvelle car des cours d’écoles attrayantes et sécuritaires sont un atout indéniable pour encourager nos jeunes à être actifs. Je me réjouis que des centaines d’entre eux pourront profiter de nouvelles cours d’écoles où ils pourront s’amuser et refaire le plein d’énergie », de dire Mme Simard.

À ces montants, les municipalités et des comités de parents ont ajouté du financement pour une somme totale des projets qui se situe aux alentours des 200 000 $.

À Saint-Siméon, il y aura l’installation de modules de jeux, de mobilier urbain et le verdissement de la cour tandis qu’à l’Isle-aux-Coudres, la direction procèdera à l’aménagement d’un terrain de soccer et à l’installation de modules de jeux.

À La Malbaie, une piste de vélocross (BMX) sera aménagée et les buts de soccer seront remplacés. L’éclairage des lieux sera amélioré et il y aura aussi l’installation de mobilier urbain et le verdissement de certains espaces. Au Québec, 148 projets nécessitent des investissements de près de 3 M$. Seulement une dizaine de projets n’ont pas été retenus, dont celui de l’école Saint-Aubin à Baie-Saint-Paul, qui ne répondaient pas à certains critères.

Pierre Girard, président de la Commission scolaire, a pris soin de souligner les efforts de Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, des Loisirs et du Sport : « En 20 ans comme commissaire et président, je n’ai jamais vu un ministre aussi dynamique. Le sport et les loisirs font partie de la réussite éducative. Mettre nos écoles attractives aide à attirer les gens chez nous, ce qui est loin d’être négligeable en cette période où nous vivons un déclin démographique ».