Un mois intensif d’arrosage contre la tordeuse dans Charlevoix en juin

Par Emelie Bernier 5:00 AM - 15 mai 2024
Temps de lecture :

Ces petits avions seront visibles dans le ciel de Charlevoix durant la campagne de la SOPFIM. Source: site web de la SOPFIM.

La Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) sera très active dans Charlevoix en juin et certains résidents du secteur de Saint-Irénée seront sans doute réveillés aux aurores. Durant près d’un mois, 6 avions de la SOPFIM décolleront matin et soir de l’aéroport en direction nord-est, là où la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) fait ses ravages.

«On a une importante recrudescence de l’épidémie dans le secteur autour de Forestville, qui vient s’amalgamer avec le secteur de Charlevoix, au nord de Baie-Saint-Catherine vers La Malbaie. C’est un gros secteur où tout est fusionné», explique le directeur général de la SOPFIM, Éric Lacroix.

L’aéroport de Saint Irénée sera le camp de base des opérations de la SOPFIM. 6 avions d’arrosage y seront positionnés. 9 décolleront de Forestville.

« On a une dizaine d’employés pour chacune des bases. Ils sont arrivés et seront là jusqu’à la fin juin, date où les arrosages se terminent », poursuit M. Lacroix.

Malgré son nom, la tordeuse des bourgeons de l’épinette a un faible pour le sapin baumier. Source: SOPFIM

Le cycle de vie des insectes commande d’arroser durant le mois de juin «Il faut que la tordeuse soit en train de se nourrir du feuillage parce que le Btk, l’insecticide que nous utilisons, n’est efficace que par ingestion.  Quand les larves se transforment en chrysalide, il est trop tard. »

Matin et soir durant 4 semaines

À Saint-Irénée, l’arrosage devrait durer 4 semaines. « On parle de 2 séances par jour, d’abord très tôt le matin, entre 4h30 et 7h, et le soir, de 18h30 à 20h30. Dans le jour, il fait trop chaud et  notre insecticide se disperse en très fines gouttelettes, c’est un nuage de brume, alors s’il fait trop chaud, il ne va pas tomber, il va rester en suspension et s’évaporer. »

Chaque avion effectuera deux voyages par période de pulvérisation. « Les petits avions monomoteurs font quand même du bruit. On avertir les gens qui habitent près des aéroports. Oui, vers 4h30, vous allez entendre 4, 5 ou 6 avions décoller, ils sont lourds, chargés d’insecticide, et la turbine doit compenser pour ce poids », indique Éric Lacroix.

Il précise toutefois qu’environ 40% des séances sont annulées en raison de la mauvaise température. «Tant que les conditions météo le permettent, les avions partent le matin, reviennent se charger une fois et repartent.  Quand on a les bonnes conditions, on dit capitaliser. »

Les arrosages dans Charlevoix ont débuté en 2022. Ce sera donc la troisième saison d’opération de la SOPFIM dans la région.

Le bruit est le seul impact pour les résidents des secteurs concernés par la campagne de protection contre la présence de la tordeuse des bourgeons de l’épinette menée par la SOPFIM au cours des prochaines semaines. « Nous, on a des zones d’exclusion quand on planifie les blocs. L’insecticide est destiné à être sur le feuillage des conifères. Dans les missions de vol, l’avion ne va pas arroser au-dessus des lacs ni des zones habitées. Nos missions sont extrêmement précises », explique Éric Lacroix, directeur général de la SOPFIM.

À lire aussi

Protection contre la tordeuse :  pas d’arrosage chez le caribou

La tordeuse des bourgeons de l’épinette gagne du terrain

Partager cet article