Des transports ambulanciers moins angoissants

Par Dave Kidd 5:00 AM - 05 janvier 2022
Temps de lecture :

Il s’en dit des choses dans cet habitacle. C’est justement pour susciter des sujets autre que la maladie que ARTbulance est lancé

Les paramédics de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec veulent rendre les transports moins angoissants pour leurs patients. Pour y arriver, ils vont apposer des images apaisantes au plafond des véhicules. Celles-ci seront sélectionnées par l’entremise d’un concours auquel vous êtes invités à participer.

L’initiative s’inspire d’une autre réalisée en Abitibi. « Un club d’art a créé des œuvres sur les tuiles d’un plafond suspendu d’un hôpital alors que le père de la fondatrice du groupe était hospitalisé. Elle en avait assez des tuiles jaunies », relate la paramédic Julie Dubuc.


Un transport par ambulance, c’est tout sauf agréable. On a beau être pris en charge par des professionnels des soins préhospitaliers, c’est stressant de se retrouver sur une civière pour être conduit dans un établissement de santé sans trop savoir ce qui va se passer. Ajoutons à ça un niveau de stress élevé relié à la maladie, ça peut devenir éprouvant comme expérience.

Julie Dubuc, Jason Blackburn, Daisy Simard et Lucie Carré de la CTAQ ont présenté le projet. Notons que cette photo d’archives a été prise avant le resserrement des mesures sanitaires


C’est justement pour diminuer l’anxiété, le stress et l’angoisse que les images seront installées. « Les trajets sont plus longs ici qu’en milieu urbain. Les patients posent des questions. L’image peut détourner l’attention et apporter des sujets de conversation autre que la maladie et ainsi faire baisser le stress », ont expliqué les paramédics Julie Dubuc et Daisy Simard.


La Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec serait le premier service ambulancier à installer des images dans ses véhicules. Pour l’instant, ça se fait dans Charlevoix, mais l’initiative pourrait s’étendre.

Dans une ambulance, c’est cette vue que le patient couché aura


Le projet-pilote est réalisé avec la participation du Centre d’innovation et de performance de la CTAQ. « Le gain est le bénéfice au patient. Qu’il soit le mieux possible entre son départ et son arrivée. Un transfert, c’est anxiogène », indique Jason Blackburn membre du centre.


Les paramédics ne recherchent pas des œuvres d’art. Ils veulent des images, une photo ou une reproduction d’une toile par exemple, qui raconte une histoire. « L’histoire derrière est très importante. On veut des images qui racontent des histoires que nous pourrons ensuite partager avec les patients. Cet échange fera la différence et baissera la tension. On parle déjà beaucoup avec nos patients. On aura un sujet pour détourner l’attention, » résume Julie Dubuc.


Pour participer au concours, vous envoyer votre photographie à concours@ctaq.com . Il n’y a pas de thème précis. Les faits entourant la photo doivent accompagner le cliché. La date limite pour participer a été fixée au 1er février.

Il s’en dit des choses dans cet habitacle. C’est justement pour susciter des sujets autre que la maladie que ARTbulance est lancé

Partager cet article