Climat de travail à Petite-Rivière-Saint-François: Serge Bilodeau réplique

Par Karine Dufour-Cauchon 5:17 PM - 05 novembre 2021
Temps de lecture :

Serge Bilodeau, candidat à la mairie de Petite-Rivière-Saint-François.

Le candidat à la mairie de Petite-Rivière-Saint-François Serge Bilodeau réplique aux propos tenus par le regroupement syndical des travailleurs de la municipalité et de son adversaire dans la course, Jean-Guy Bouchard.

Vendredi avant-midi, le syndicat des travailleurs de Petite-Rivière-Saint-François section locale 5338 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), a fait une sortie publique. Par voie de communiqué, il soutenait qu’il était «dans l’intérêt de tout le monde de ne pas voter pour la continuité» concernant les relations de travail qu’ils déplorent.

Serge Bilodeau, conseiller sortant de deux mandats et ex-responsable délégué au conseil aux relations de travail, désire répondre aux allégations amenées sur la place publique. Il se sent interpellé par cet appel du syndicat et la réplique de son adversaire au journal sur le sujet.

Il fait valoir d’abord qu’aucune plainte n’aurait été portée à l’intention de l’employeur (la municipalité) au sujet de présumés événements « d’ingérences et d’interférences politiques».  Il voit les affirmations du syndicat sur le possible départ d’employés municipaux comme de l’intimidation.

«Moi, ce que je peux dire à la population, c’est que l’intimidation et les menaces, c’est non.  S’il faut, on ira se rasseoir avec le syndicat, je vais renégocier pour le bien-être de la population. Il ne faut pas oublier que c’est un service à la population», fait-il valoir d’abord avec le journal.

Il soutient que le moment de faire cette sortie semble être une stratégique électorale inappropriée. L’aspirant-maire se demande pourquoi l’organisation de travailleurs a choisi la voie publique pour faire ses dénonciations plutôt que par la voie des procédures internes.  

«Une sortie publique, est-ce que ça me surprend? Il fallait s’y attendre. C’est une tactique bien connue du milieu syndical pour écarter un acteur après des négociations où il n’a pas acquiescé toutes leurs demandes. Nos employés ont obtenu d’excellentes conditions basées sur les données de la fédération québécoise des municipalités, tout en respectant la capacité des contribuables à payer dans tout cela. Voulons-nous une municipalité dirigée par des élus ou contrôlée par un syndicat?», avance-t-il au bout du fil.

Finalement, Serge Bilodeau soutient rester optimiste pour le dernier droit. «Je n’ai pas voulu faire de campagne de salissage par respect de la population et je ne commencerai pas. Si je suis élu, on continuera de se fier à nos procédures internes pour régler nos différents. L’ingérence politique, c’est le syndicat qui en fait dans cette campagne. Pourquoi n’ont-ils pas fait des griefs? », exprime le candidat en terminant.

Pour consulter la sortie publique du syndicat le 5 novembre : cliquez ici.

Pour consulter la réaction du candidat à la mairie Jean-Guy Bouchard : cliquez ici.

Partager cet article