Jean-Philippe Blais serait non criminellement responsable du meurtre de sa mère

Par Karine Dufour-Cauchon 11:20 AM - 08 avril 2021
Temps de lecture :

Jean-Philippe Blais lors de sa comparution le 5 août 2019 – Archives

L’accusé du meurtre au deuxième degré Jean-Philippe Blais serait non criminellement responsable du meurtre présumément commis sur sa mère à Baie-Saint-Paul en 2019.

C’est le constat que partagent les experts en santé mentale qui ont rencontré l’accusé. Les avocats à la poursuite et à la défense ont présenté les conclusions préliminaires de l’analyse de la responsabilité criminelle de Jean-Philippe Blais.

Les premières lignes du rapport laissent conclure que les troubles mentaux de l’accusé ne le permettent pas de le déclarer coupable des actes qu’il aurait commis.

Le rapport devait être déposé initialement le 9 décembre. La COVID aurait créé des délais pour rencontrer l’expert. C’est pourquoi la présentation des constats de l’évaluation a été reportée au 8 avril. Ce jeudi, ils ont procédé par visioconférence.

Le dossier continuera de cheminer devant le juge de la Cour supérieure Raymond W. Pronovost le 9 septembre prochain. Les parties évalueront alors si Jean-Philippe Blais est un «accusé à haut risque» de récidives ou non. Pour ce faire, d’autres rapports d’experts doivent être produits d’ici cette nouvelle comparution.

Le fils de la victime, Violaine Gagnon, 59 ans, est toujours détenu depuis plusieurs mois à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec.

Rappelons que les évènements pour lesquels Jean-Philippe Blais fait face à la justice remontent au 3 août 2019, où sa mère avait été retrouvée sans vie dans son domicile à Baie-Saint-Paul, à l’arrivée des agents de la Sûreté du Québec. 

Partager cet article