Le Bloc Québécois veut un « CRTC du Québec »

Photo de Karine Dufour-Cauchon
Par Karine Dufour-Cauchon
Le Bloc Québécois veut un « CRTC du Québec »
Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, était à Baie-Saint-Paul le 28 septembre. À ses côtés, Caroline Desbiens, candidate dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Ile-d'Orléans-Charlevoix et Julie Vignola, candidate dans Beauport-Limoilou.

Le Québec doit contrôler ses télécommunications, son art, et sa culture. Le Québec doit être souverain culturellement.

C’est ce que le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a soutenu en point de presse de passage à Baie-Saint-Paul. Pour ce faire, il promet déposer un projet de loi à Ottawa pour demander la reconnaissance de l’existence de la culture québécoise et de sa promotion sur les plateformes en ligne.

C’est devant le Musée d’art contemporain que M. Blanchet a procédé à l’annonce culturelle, aux côtés de Caroline Desbiens, candidate pour le Bloc Québécois dans le comté et de Julie Vignola, candidate dans Beauport-Limoilou.  Afin d’arriver à cette souveraineté culturelle, le Québec doit créer son propre conseil de la radiodiffusion et des télécommunications.

« Le Bloc demandera la tenue d’états généraux, qui devraient donner lieu à la création du conseil québécois des Radiodiffusion et des télécommunications. Un CRTC version québécoise, si l’on veut.

Le chef a expliqué, d’un ton nationaliste, en quoi il était important pour sa formation politique de rapatrier les outils réglementaires des télécommunications. « La culture, c’est ce qui nous définit. Bien que nous soyons amis de la nation canadienne, la dernière personne a qui tu confies ton identité, c’est à la personne qui t’as conquis. Nous avons des devoirs envers nous-mêmes », a-t-il soutenu.

Bien que cette mesure poserait problème constitutionnel, elle est réalisable, selon M. Blanchet. Le Canada contrôle les télécommunications car il s’agit d’une compétence qu’il lui est acquise dans la constitution, par ses pouvoirs résiduaires.  « Ça serait possible par entente administrative, comme nous le faisons pour les ententes en immigrations », soutient-il en conclusion.

Le chef du Bloc Québécois a été accueilli par quelques citoyens, et s’est entretenu avec le public. Photo:

Le chef du Bloc Québécois, accueilli par les gens de Baie-Saint-Paul.

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des