Prestation parfaite pour les Rafales à Lévis

Photo de Gilles Fiset
Par Gilles Fiset
Prestation parfaite pour les Rafales à Lévis
Photo d'archives

L’équipe benjamine de l’école secondaire du Plateau a réussi à exécuter une prestation parfaite samedi, lors de la compétition Faucons Cheer au Cégep de Lévis-Lauzon, la première de l’histoire des Rafales.

La formation a atteint le fameux “hitzéro”, tant recherché par les formations de cheerleading. « Il faut que tout soit parfait dans la routine. C’est vraiment quelque chose qui n’arrive pas souvent dans l’histoire d’une équipe et quand ça arrive, les juges apposent une étampe bleue “hitzéro” sur la feuille pour souligner la qualité de la performance. Ça veut dire qu’aucun point n’a été enlevé », explique l’entraineur-chef de cheerleading de l’école secondaire du Plateau, Daniel Dallaire. L’équipe a aussi battu par quatre points le pointage qu’elle avait obtenu le 31 mars à l’Université Laval, lors du championnat régional.

Les juvéniles ont du cœur
Les Rafales juvéniles ont démontré qu’ils avaient de la ténacité, du cœur et même un peu de courage samedi. Après 1 min 55 s du début de la prestation, une des athlètes des Rafales éprouve un malaise et la chorégraphie doit s’arrêter. Les juges proposent alors à l’équipe de reprendre la prestation qui sera notée là où elle s’est précédemment arrêtée.
Malgré son malaise, la jeune athlète incommodée a voulu reprendre sa place courageusement et tout donner pour son équipe, mais par mesure de sécurité, l’entraineuse des Rafales, Marion Girard prend sa place et l’équipe réussit à terminer sa présentation. Les juvéniles ont même amélioré leur pointage de deux points par rapport au championnat régional du mois de mars.

Pour la beauté du sport
Le plus beau de la journée, c’est que les Rafales étant les seuls compétiteurs de la Rive Nord de Québec à cette compétition dédiée aux équipes de la Rive Sud, ils n’ont pu se mesurer à aucune autre formation et ont donc reçu une médaille d’or honorifique. Les jeunes athlètes le savaient avant de monter sur les tapis et ils ont donc accepté de le faire pour se perfectionner, s’améliorer, se dépasser. « Si on considère que les jeunes sont là pour se développer, la progression qu’ils ont faite cette année et les qualités sportives qu’ils ont su développer démontrent que l’objectif est grandement atteint, même sans avoir remporté de médaille », termine Daniel Dallaire sur un ton de fierté en entrevue téléphonique.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des