L'IRDPQ développe ses services à Baie-Saint-Paul

Par 12:00 AM - 01 avril 2009
Temps de lecture :

Un an et demi après l’ouverture de son point de service à Baie-Saint-Paul, l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) ajoute progressivement de nouvelles cordes à son arc dont prochainement des services d’orthophonie pour la clientèle adulte.

Par Brigitte Lavoie

Ouvert en septembre 2007, le point de service de Baie-Saint-Paul est passé depuis de deux à sept employés. En plus d’un service pour les orthèses et prothèses, l’institution installée du côté de l’hôpital de Baie-Saint-Paul offre à sa clientèle enfant les services de physiothérapie, d’ergothérapie, d’éducation spécialisée et de psychologie. « Et nous avons un service d’orthophonie qui s’ajoutera dès avril pour la clientèle adulte et aînée aux prises avec une déficience auditive », de souligner le chef de programme Marc Sévigny.

Au cours des derniers mois, l’offre de service de l’IRDPQ dans la région aura représenté beaucoup pour les enfants présentant des déficiences physiques et leurs parents. Finis ou presque, en effet, les aller-retour dans la capitale, de constater Myriam Ouellet, physiothérapeute et coordonnatrice. « Il y avait des parents qui ne pouvaient tout simplement pas aller à Québec. Depuis qu’ils sont suivis régulièrement ici, les progrès sont notables ».

« Il y a un volume de clientèle et ce que nous avons observé en venant ici, c’est qu’il y avait un besoin », d’ajouter M. Sévigny. « Avec ce service de proximité, nous sommes en mesure d’offrir l’intensité dans les traitements et la qualité. Ça nous permet d’aller selon les besoins de l’enfant au moment où on les évalue ». Un service d’autant plus pertinent, croit-il, que la population de Charlevoix a une prédisposition à certaines maladies génétiques et neuromusculaires.

Actuellement, quelque 40 enfants sont suivis de façon régulière par l’équipe de Baie-Saint-Paul. La clientèle, référée par des professionnels de la santé, est suivie par exemple pour des dystrophies musculaires, des dysphasies, des paralysies cérébrales ou des retards de développement. Récemment, un service d’attribution et d’adaptation de fauteuils roulants a aussi été développé. Les programmes plus spécialisés sont quant à eux toujours offerts du côté de Québec.

 « En étant sur place, dans le milieu, ça nous a aussi permis de créer des liens avec le centre de santé et les CLSC, mais aussi les écoles et les garderies », précise M. Sévigny.

Outre Baie-Saint-Paul, l’IRDPQ compte un second point de service semblable du côté de Portneuf. Ouvert il y a 10 ans, il emploie 10 intervenants et dessert une population semblable à celle de Charlevoix.

« À moyen terme, nous voulons en venir à étendre nos services à la clientèle adulte aux prises avec une déficience physique », de conclure M. Sévigny.

Les personnes intéressées à en savoir plus peuvent sur l’IRDPQ et ses programmes de réadaptation pour les déficiences physiques motrice, auditive, visuelles, de la parole et du langage peuvent visiter le www.irdpq.qc.ca.

Partager cet article