Festif!: 48 500 festivaliers? Bien assez!

Par Emelie Bernier 12:11 PM - 03 août 2022
Temps de lecture :

Les Louanges au quai en Imprévisible (show surprise). Photo Ludovic Gauthier

Les décors remballés, le matériel séché, le repos à peu près récupéré, c’est maintenant l’heure des bilans pour le Festif! de Baie-Saint-Paul. Un nouveau record établi à 48 500 festivaliers incite l’organisation à chercher une façon de plafonner l’achalandage à un tel nombre pour maintenir « l’expérience Festif! » intacte.

Clément Turgeon se réjouit de voir le dernier record fracassé, même si cet état de fait impose une réflexion sur la suite des choses.  « C’est certain qu’on a ajouté une journée de festival, ce qui a contribué à augmenter le nombre de festivaliers. Le parvis a accueilli beaucoup de monde, les spectacles étaient remplis.  On réalise qu’on est pas mal dans le maximum et on va essayer de garder cet achalandage-là. On ne vise pas plus haut », résume le directeur général et artistique de l’événement.

76% des clients de la billetterie du Festif! 2022 étaient de l’extérieur de la région.

40% de demandes de remboursement

40% des détenteurs de billets pour la soirée Hay babies/Lisa Leblanc/Salebarbes ont fait une demande de remboursement suite à l’annulation de la soirée. Rappelons qu’un important orage doublé de bourrasques a causé du bris d’équipements, forçant Lisa Leblanc et Salebarbes à rester en coulisses.

«Du côté des remboursements, on estime que ce n’est pas si pire. Ça veut dire qu’à peu près 60 % des détenteurs de billets ont été solidaires. De notre côté, on doit assumer tous les cachets, l’hébergement, la technique, le personnel… On ne sauve aucun argent à annuler. On a perdu une partie des billets et tous les revenus potentiels  de bar», résume Clément Turgeon qui choisit l’optimisme. « On sait maintenant comment passer a travers un édition où il y a des orages! »

Le record d’achalandage médiatique aura également été battu. «On accueillait plusieurs médias internationaux, nationaux, on a eu des revues dans des médias français, européen, dont Radio Nova. Depuis, on a plein de festivals qui nous écrivent pour plein d’initiatives intéressantes », se réjouit le dg, souhaitant que l’on se rappelle davantage des grands moments de l’édition 2022 que des quelques averses qui l’ont arrosé.

Partager cet article