Chantier de six millions $ au Domaine Belle Plage

Par Karine Dufour-Cauchon 1:32 PM - 01 octobre 2021
Temps de lecture :

Le Domaine Belle Plage de Baie-Saint-Paul a des projets à six millions $. La ministre québécoise du Tourisme Caroline Proulx est d’ailleurs venue annoncer elle-même que son gouvernement accordait 3,9 millions $ pour réaliser leurs ambitions.

Philippe Trudel, propriétaire du domaine depuis 2018, travaille à cette nouvelle vision depuis déjà deux ans. Son Domaine Belle Plage située près du quai sur la rue Saint-Anne est appelé à agrandir d’ici 2024 avec ce projet à 6 millions $.

Sur six millions $, 3,9 sont accordés par le ministère du Tourisme ministre par le biais du  Programme d’appui au développement des attraits touristiques (PADAT), volet 2 ‒ Fonds de financement pour les établissements hôteliers, un programme mis en place en juin 2020 dans le cadre du Plan de relance touristique. Il s’agit donc d’un prêt remboursable selon les modalités du présent programme.  

Il a acquis deux terrains adjacents et prévoit de la démolition et de la construction. Dans les plans, il prévoit ajouter deux pavillons, une vingtaine de chambres, une trentaine de nouveaux emplois (temps plein et temps partiel).

Créer des emplois en pleine pénurie de main-d’œuvre pourrait en faire sourciller quelques-uns. Pour le promoteur, c’est un «risque calculé». «Des programmes importants existent pour recruter et retenir les ressources humaines dans le domaine du tourisme. On a la chance de recruter à l’extérieur et de pouvoir les héberger. On recrute auprès des stagiaires en hôtellerie également», soutient celui qui a hébergé 11 employés en 2021.

Il a passé son message

Ce n’est pas parce qu’il venait de recevoir une aide de quatre millions $ que Philippe Trudel allait se taire pour autant.

Philippe Trudel

Il a fait part de ses préoccupations devant le public et les représentants des deux paliers de gouvernement présents.  Il a beau faire une construction écologique, la balle est dans le camp de l’État pour agir sur la question.

«C’est une gestion de risque, c’est un pari que l’on prend. On a foi en l’avenir, on a foi que l’État va se rendre à l’évidence qu’il est déjà trop tard, on a plus le choix d’agir sinon nous allons faire face à des catastrophes et des investissements comme celui que l’on fait aujourd’hui risque d’avoir été faits en vain. L’acteur qui a du pouvoir là-dedans, c’est l’état. Il faut avoir des cibles qui soient plus contraignantes et qu’elles soient respectées. Je veux être capable de léguer mon domaine à mes enfants.», a-t-il soutenu.

À son échelle d’entrepreneur, il soutient qu’il y a une zone du projet qui se trouve en zone inondable. «Au lieu de construire dessus, nous allons la remettre en zone d’origine de marais et d’harmoniser ça avec le reste. C’est notre petite contribution. On peut faire de petites actions locales mais il faut s’attaquer aux grands enjeux».

Était présente aussi à l’annonce la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré Émilie Foster. Elle s’est dite réjouie de la présence de sa collègue au tourisme et de l’annonce pour l’entreprise Baie-Saint-Pauloise.

« La région de Charlevoix est très prisée des touristes, et nous avons besoin d’établissements d’hébergement touristique pouvant répondre à la demande tout en offrant une expérience de choix à nos visiteurs. Je me réjouis de l’aide financière accordée au Domaine Belle plage, qui lui permettra d’augmenter sa capacité d’accueil et de rénover ses installations actuelles. C’est grâce à ce genre de projets que notre belle région continuera d’être à la hauteur de sa réputation », soutient députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré.

« Je suis très heureuse que les gestionnaires du Domaine Belle plage fassent appel à l’une des mesures de notre Plan de relance touristique afin d’investir dans leur établissement. En procédant à un agrandissement et à des améliorations qui bonifieront l’expérience des visiteurs, ils enrichiront l’offre d’hébergement dans Charlevoix et favoriseront la prolongation des séjours. Ces investissements seront donc profitables pour l’ensemble du secteur touristique et de l’économie locale » a indiqué pour sa part la ministre du Tourisme.

Partager cet article