Oui aux randonnées de motoneige guidées

Par Emelie Bernier 8:00 AM - 18 Décembre 2020
Temps de lecture :

Pierre Couturier, de l’agence de location de motoneiges Top Location à La Malbaie, a vécu un début de semaine en dents de scie. «Mardi, on n’avait plus le droit de guider en motoneige. Puis,  finalement, François Legault nous a donné de bonnes nouvelles… C’est sûr que toutes les mesures sanitaires, ça change énormément notre vie, mais au moins, on a pu commencer cette semaine », indique-t-il.

L’ouverture des sentiers est débutée dans les secteurs d’opération de Top Location, Présentement, les secteurs derrière Saint-Fidèle et jusqu’à l’Anse-Saint-Jean sont accessibles.  M. Couturier espère réussir à mener une saison satisfaisante. Aux premiers jour d’opération,  les clients sont satisfaits, malgré les mesures sanitaires imposées.

«C’est certain que c’est compliqué. On doit respecter la distanciation et pour ça, il faut prendre chaque bulle séparément. On a adapté nos locaux.  Il a fallu séparer nos zones, celle où le client laisse ses affaires,  celle où on fournit l’équipement à chaque client individuellement, celle où ils vont s’habiller… Ils ne doivent toucher a rien! On leur donne une cagoule neuve dans une boîte, on essaie d’éviter tous les contacts. Quand ils ont leurs affaires, ils partent dans une autre salle où on a fait 4 « bulles » de 2 ou 3 chaises. Ces petites bulles là sont séparées de 6 pieds… C’est incroyable comment ça change notre vie! », lance M. Couturier.

L’entreprise a dû faire l’acquisition de matériel pour éviter que les casques et autres habits ne servent deux fois aux mêmes personnes dans un délai de 24h. « On a doublé notre quantité de vêtements, de casques, pour ne pas que les casques ne servent plus qu’une fois par 24 heures. On sort les vêtements utilisés, on en rentre d’autres… », explique M. Couturier.

Toute cette adaptation est coûteuse et rien ne garantit que la saison permettra de couvrir l’investissement. « C’est énormément de frais. Tout le monde a le même problème. J’ai investi des gros sous en ne sachant d’abord même pas si j’ouvrirais, si la clientèle serait au rendez-vous. Au moins, là, ça sonne !»

M. Couturier a tout de même de bons mots pour le gouvernement Legault. «Il faut remercier le gouvernement de son aide, il est très attentif à nos demandes. Dans le milieu du loisir, ils nous ont dit  « fusionnez 4 activités, offrez 40% de rabais aux clients et on va vous le rembourser. On affiche donc nos prix réguliers 40% moins cher! C’est un beau cadeau aux Québécois », renchérit Pierre Couturier.

Il doit cependant faire une croix sur une grosse part de sa clientèle.  60% de celle-ci est en temps normal européenne. «Au moins, on peut opérer, alors on est content. Et on ne pense pas qu’on peut être un foyer de contamination avec tout ce qu’on a mis en place. On n’a pas intérêt non plus à ce que nos employés soient contaminés et qu’on doive fermer. On va tout faire pour offrir une belle expérience sécuritaire à nos clients », conclut Pierre Couturier.

Partager cet article