Chez Truchon, l’après G7

Photo de Brigitte Lavoie
Par Brigitte Lavoie
Chez Truchon, l’après G7
Le chef Dominique Truchon dans son restaurant. (Photo : Brigitte Lavoie)

Il y a un an, la table du chef Dominique Truchon se retrouvait dans l’œil de la parade diplomatique du G7 à La Malbaie. Que reste-t-il de cette expérience unique vécue par le chef et son équipe?

Rappelons qu’en juin 2018, après des mois de préparation ponctués de multiples rencontres de travail et d’un sévère protocole de sécurité, le Bistro et Auberge Chez Truchon recevait officiellement la délégation des conjointes et conjoints des représentants du G7. Le lendemain, c’était au tour de la première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, et d’une trentaine de ses collaborateurs de faire halte à la table du chef Truchon. Un remue-ménage de 72 heures ayant nécessité des mois de préparation, notamment en raison des normes de sécurité élevées.

« Ç’a été toute une expérience, qui a été profitable à toute l’équipe », résume le chef Truchon.

Jusqu’à maintenant, les retombées les plus tangibles et officielles du G7 sont d’ailleurs sans aucun doute l’expérience professionnelle unique vécue par son équipe. « Ce sont des défis qui nous sortent de notre zone de confort. C’est avec ce genre d’expériences que tu avances », constate-t-il. « Cette expérience a amené du bagage à l’équipe. Ils ont vécu le stress, et ensuite la fierté d’avoir réussi. »

Le restaurant, qui se trouvait hors de la zone à accès limité, a bénéficié d’une couverture médiatique impressionnante. Le chef Truchon a donné plusieurs entrevues alors que des journalistes de l’Allemagne, de la Suisse, du Mexique ou encore des États-Unis ont également pris place au restaurant en marge de l’événement.

« Après le G7, nous avons eu un très bel été, avec 10 % d’augmentation de la clientèle au resto. Est-ce que c’est en raison du G7 ou de la température formidable que nous avons eu l’été dernier ? » questionne M. Truchon. « Je ne m’avance pas. Mais c’est certain qu’on s’en est fait parler beaucoup. » Les mois d’octobre et de novembre ont toutefois marqué un « retour à la normale » pour le restaurant de la rue Richelieu.

Si le chef a une certitude quant aux retombées du G7, c’est que cette expérience unique « ne peut pas nuire » à la notoriété du restaurant et de Charlevoix. « Mondialement, je ne sais pas à quel impact on peut s’attendre à moyen et long terme. L’avenir nous le dira. Est-ce qu’on aura plus de clients étrangers? On verra. »

Une chose est sûre, on n’accueille pas de la visite diplomatique officielle sans un sentiment de fierté persistant, et la curiosité de voir quels seront les effets collatéraux de cet événement à travers les mois et les années. Le chef Truchon s’inscrit en observateur attentif et tente encore de comprendre ce qui restera réellement de cet événement inusité qu’on « voit une fois dans sa carrière ». D’ailleurs, fort de cette expérience unique, M. Truchon affirme que son équipe et lui sont « ouverts à d’autres trucs de fou du genre ».

Partager cet article

1
Laissez un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Johanne Doucet Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Johanne Doucet
Guest
Johanne Doucet

Vraiment une excellente table! Nous y allons à chaque visite dans Charlevoix