La municipalité de PRSF veut conserver son dépanneur

Par Gilles Fiset 3:19 PM - 08 août 2017
Temps de lecture :

Suite à la fermeture d’Alimentation Mer et Monts Inc., le seul dépanneur et poste d’essence qui était en fonction à Petite-Rivière Saint-François, le conseil tente de maintenir ce service essentiel.
Par Gilles Fiset
Le 31 juillet dernier, le propriétaire d’Alimentation Mer et Monts Inc., Stéphane Côté, mettait la clef dans la porte de son commerce.« J’ai laissé pendant deux ans mon commerce en fonction malgré mon départ de Petite-Rivière, mais j’ai fait une erreur monumentale. Le commerce a fait un déficit dans les six chiffres », affirme le propriétaire d’Alimentation Mer et Monts Inc. Ce dernier assure cependant que le commerce était viable. « Pendant huit à neuf ans, le commerce s’autofinançait et proposait un inventaire intéressant à la clientèle », confirme-t-il.
Le conseil regarde les options
Au moment d’écrire ces lignes, le conseil municipal de Petite-Rivière-Saint-François en était encore à analyser les deux options qui se présentent, soit trouver un tenancier intéressé à reprendre le commerce ou que des délégués de la municipalité en assurent la gestion. « Comme municipalité, on n’est pas intéressé à opérer un dépanneur, mais, ultimement, si on est démuni totalement, ça sera une chose à regarder. Pour l’instant, le conseil n’a rien décidé encore, mais on est en train de regarder deux alternatives avec deux tenanciers différents, dont un de Petite-Rivière-Saint-François », explique le maire Gérald Maltais.
Stéphane Côté a déjà fait une proposition à la municipalité advenant le cas qu’elle décide de prendre le commerce en charge. « J’ai fait une proposition de bail locatif à coût zéro à la municipalité », affirme-t-il. Une offre que le maire Maltais trouve intéressante, mais en ultime recours seulement.
Une catastrophe pour Petite-Rivière
La disparition du seul dépanneur et poste d’essence serait une catastrophe pour la municipalité, selon le propriétaire d’Alimentation Mer et Monts. « On appelle ça un dépanneur, mais pour Petite-Rivière, c’était le marché d’alimentation de la place, admet-il. Il y avait un comptoir de boucherie et même de fruits et légumes. Jeudi dernier, une dame qui vit en face de l’épicerie et qui vit seule sans permis de conduire nous voit sortir le stock et vient nous parler. Elle se demandait ce qu’elle allait faire, car son marché d’alimentation, c’était Alimentation Mer et Monts. C’est important que la municipalité maintienne un point de service en alimentation et en essence ».
Le maire Gérald Maltais abonde dans le sens de M. Côté. « Mon opinion personnelle, c’est que c’est un service très essentiel pour Petite-Rivière-Saint-François. Pas à tout prix cependant, mais il faut définitivement garder un dépanneur autant pour l’essence que pour l’épicerie », renchérit-il.
 

Partager cet article