Une petite histoire imagée du lait et de ses dérivés

Par Emelie Bernier 2 août 2009
Temps de lecture :

Robert Benoît est un passionné, un collectionneur pointilleux et curieux qui récolte des artefacts autour du même thème depuis 1977. Aujourd’hui, s’il comptabilise toutes ses acquisitions, petites et grandes, sa collection dépasse les 25 000 items. La Laiterie Charlevoix lui permet, enfin, de disposer d’un endroit adéquat pour révéler au grand public son fort penchant pour tout ce qui entoure l’histoire du lait!

«Tout a commencé par une pinte de lait dans un marché aux puces», relate, un sourire au lèvres, M.Benoît qui ne compte plus les bouteilles, pintes et autres demiards qu’il a depuis accumulés.  Est-ce  pour se replonger dans les souvenirs de cette époque où, alors que son grand-oncle était propriétaire d’une laiterie, il passait ses étés dans les effluves doucereuses du blanc nectar? 

«Je ne sais pas ce qui a déclenché cette passion, mais tout ce qui touche l’industrie laitière québécoise, de 1890 à nos jours, m’intéresse. Ce n’est pas qu’une passion, c’est une maladie» s’amuse M. Benoît. L’homme a oeuvré plus de 35 ans dans les chemins de fer.

Publicité montrant des enfants aux joues roses se régalant d’une «crème à la glace» bien fraîche, plaques d’immatriculation des voitures à cheval des laitiers, alambics des laboratoires portatifs du ministère de l’Agriculture, la collection de M.Benoît est aussi fascinante qu’éclectique.

Sagement alignées sur des tablettes, des centaines et des centaines de bouteilles de verre rappellent l’époque où chaque coin de pays pouvait compter sur sa laiterie. Des boîtes de métal, comme on en retrouvait sur tous les perrons québécois, ravivent le souvenir du laitier qui passait encore de porte en porte il n’y a pas si longtemps. 

Un présentoir de camions et de voitures jouets, d’anciens contenants de crème glacée, de crème et de beurre, des affiches, des horloges, des calendriers, voire même des cendriers, tout rappelle l’importance de cet aliment indissociable des tablées québécoises, avec des slogans aussi accrocheurs que «Buvez votre lait comme traitement de beauté et santé».

«Avec Dominique Labbé, que j’ai connu en 1997 et que j’ai aidé à monter l’exposition de l’économusée, on parlait de mettre en valeur ma collection depuis un certain temps. C’est un plaisir pour moi d’avoir enfin pu disposer le tout sur des tablettes, d’avoir pu créer ce musée unique en son genre», confie avec émotion le sympathique acadien d’origine qui, 7 jours sur 7, offrent des visites guidées au public curieux de découvrir la richesse de sa collection. «C’est un plaisir de partager mes trouvailles! Même si je ne fais plus le circuit des antiquaires, je suis toujours aussi passionné!» Durant ses visites guidées, il révèle en plus les secrets de la laiterie et de ses fromages vedettes, le 1608 et l’Hercule, dont on peut dorénavant contempler le processus de fabrication grâce à de nouvelles vitrines ouvertes sur les coulisses de la fromagerie. La visite inclut bien sûr un détour dans l’économusée! 

Derrière les nouvelles vitrines, vous aurez peut-être la chance voir l’artisan-fromager Dominique Labbé à l’oeuvre.

Partager cet article