Procès d’Éric Levasseur: la Couronne présente sa théorie

Par Dave Kidd 1:25 PM - 6 février 2024
Temps de lecture :

Le palais de justice de La Malbaie

Au procès d’Éric Levasseur, accusé du meurtre au second degré de Carolyne Labonté, le juge Carl Thibault de la Cour supérieur a donné ses directives au jury qui a également entendu la théorie de la Couronne.

Me Jean-Sébastien Lebel a soutenu que l’accusé et la victime vivaient une relation houleuse ponctuée des « séparations et de reprises » et teintée par la « jalousie » d’Éric Levasseur.

Il a relaté que  Carolyne Labonté est décédée d’une décharge d’arme à feu au-dessus de l’oreille gauche. « Un expert en balistique viendra expliquer qu’il s’agit d’un tir horizontal d’ un fusil de calibre 12», a exposé l’avocat.

Me Lebel aussi mentionné qu’un fusil et que deux douilles ont été découverts. « Celle trouvée dans l’arme contenait des plombs qui ont été retrouvés dans la pharmacie de la salle de bain alors que les plombs dans la tête de la victime provenaient d’une douille trouvée sur le terrain de la résidence », ajoute Me Lebel dans sa déclaration d’ouverture.

L’avocat de la Couronne a aussi relaté que l’accusé se serait rendu à Valleyfield et aurait mentionné que sa conjointe s’était suicidée.

La Sûreté du Québec a ouvert deux enquêtes sur les événements du 18 mars 2021 survenus à Notre-Dame-des-Monts. « La première selon la Loi du coroner. La seconde s’est amorcée avec ce que l’expert en balistique a découvert », a précisé l’avocat de la Couronne qui amorce la présentation de sa preuve.

Les premiers témoins seront entendus mardi après-midi dans la salle 1.03 du palais de Justice de La Malbaie.

Éric Levasseur est représenté par Me Marie-Hélène Giroux et Me Cynthia Payer.

Les procureurs de la Couronne et de la défense ont d’ailleurs eu l’occasion d’échanger, hors jury, sur des points de droit dès l’ouverture de ce procès qui doit durer 5 semaines.

Partager cet article