Horizon
Des contenus marketing faits par et pour nos annonceurs
Présenté par

Tadoussac, la porte d’entrée de la Côte-Nord

Par Ann-Édith Daoust 3:53 PM - 03 août 2022
Temps de lecture :
Tadoussac et son traversier.

Tadoussac, c’est la première municipalité de la Côte-Nord. On y accède en empruntant le traversier à partir de
Baie-Sainte-Catherine d’où il est possible d’observer le majestueux Fjord-du-Saguenay et sa faune marine dont le
béluga. C’est à ce moment qu’on prend une grande bouffée d’air frais en se disant : « On est arrivé, on est en
vacances ». C’est souvent là que le road trip nord-côtier commence.

Petite ville touristique comptant environ 800 âmes, Tadoussac grouille de visiteurs de tous les âges en période
estivale. Il est possible de parcourir les rues à pied pour découvrir des commerçants aux mille et un talents.
Tadoussac, on l’aime pour son festival tout en chansons et son offre culturelle annuelle. On l’aime également pour
ses saveurs à l’intérieur de plusieurs commerces locaux.

Tadoussac, c’est un village regorgeant d’activités pour bouger, se reposer, bien manger, bien boire et faire la fête. Il faut multiplier les séjours pour toucher à sa profondeur, à son essence. Cependant, une seule visite suffit pour être charmé par ses splendeurs et recevoir la piqûre d’un revenez-y.

Jean-Sébastien Sicard, de musicien à chef cuisinier renommé

Jean-Sébastien Sicard.


Un des visiteurs séduit par ce lieu qu’est Tadoussac s’appelle Jean-Sébastien Sicard. Il a grandi sur la Rive-Sud de Montréal. Il découvre Tadoussac au fil de ses contrats de musicien et choisit d’y rester une saison entière pour y travailler. C’est à ce moment qu’il rencontre Mireille Perron qui deviendra sa grande complice. C’est en travaillant
comme serveur qu’il s’intéresse graduellement à la cuisine. En 2006, le couple d’amoureux saisit une opportunité
d’affaires en achetant un restaurant, situé en plein cœur de Tadoussac. Celui-ci deviendra le bistro Chez Mathilde.

Les plats mettent en valeur les produits régionaux.

Quinze ans plus tard, Jean-Sébastien est un chef réputé. Il offre une cuisine raffinée, goûteuse, surprenante et surtout
très nord-côtière. Sa curiosité, son enthousiasme et sa volonté indéniable de travailler avec des entreprises de la
région sont palpables. En servant ses plats, il raconte non seulement la région, mais les gens derrière les entreprises
avec qui il travaille. Ses choix de collaborateurs et ses créations se font par le cœur et ça se goûte à chaque bouchée.

Le menu est composé de trois propositions : La Grande- Côte, qui met en valeur le terroir forestier régional, Le Saint-Laurent qui valorise le fleuve et L’appel du jardin qui offre des mets nordiques végétariens. Les menus sont créés à partir de la carte des vins en importation privée signée par l’entrepreneur et sommelier Kim Colonna. Rien n’est laissé au hasard et tout est évolutif puisque les plats sont proposés au client à l’aveugle. Le client choisit le thème, mais pas les plats. Une liberté que s’offre le chef dans la création de ses assiettes. Une expérience unique composée de saveurs fraîchement locales au grand bonheur du client.

Il n’est pas rare que des musiciens jazz accompagnent les convives pendant le repas. Parfois, les enfants de Jean-Sébastien et Mireille viennent en cuisine pour chercher un bisou avant de se laisser aller dans les bras de Morphée.
Manger Chez Mathilde, c’est s’offrir une Côte-Nord qui s’est mise sur son 36 dans une ambiance sans prétention. C’est rencontrer un chef bourré de talent qui ne se prend pas au sérieux, mais qui travaille avec une rigueur impressionnante et une passion insatiable.

Quelques bonnes adresses à Tadoussac

L’hôtel de Tadoussac.

Boulangerie À l’emportée coop
Centre d’interprétation des mammifères marins
Casse-croûte Le Connaisseur
Festival de la chanson de Tadoussac
Galouine Auberge & Restaurant
Hotel Tadoussac
L’Auberge de jeunesse
Le Café Bohème
Microbrasserie Tadoussac
Maison Hovington
Sentier des Dunes

L’argile marine : une richesse en développement

Cédric Mimeault, copropriétaire de l’entreprise Manicouagan Sea Minerals.

Manicouagan Sea Minerals est une entreprise familiale qui valorise l’argile extraite sous les tourbières de la péninsule de la Manicouagan. En visitant l’usine située à Point-aux-Outardes, il est possible d’en apprendre davantage sur l’histoire de l’entreprise, sur les propriétés de ce produit marin unique et sur son procédé de transformation.

L’argile en poudre, issue de l’astroblème de Manicouagan s’est formée il y a 214 millions d’années. Elle est vendue à des fabricants de produits cosmétiques dans neuf pays, apprend-on en discutant avec le copropriétaire de Manicouagan Sea Minerals Cédric Mimeault. Les Asiatiques en sont très friands. L’homme d’affaires a grandi en s’enduisant d’argile lors de ses sorties à la plage de la Baie-Saint-Ludger, comme bon nombre d’enfants qui habitent Pointe-aux-Outardes et ses environs. Son arrière-grand-père, Félix Boulianne, est arrivé sur les plages de Baie-Saint-Ludger en 1931 pour coloniser les terres.

À l’époque, c’était la deuxième famille à s’établir dans la région. Son arrière-grand-mère d’origine innue utilisait l’argile pour soulager les piqûres de mouches et pour apaiser les coups de soleil. En étudiant davantage le produit, les propriétés se sont révélées très bénéfiques pour la peau. C’est de génération en génération que la famille tente de valoriser et développer ce produit de la mer que Cédric Mimeault considère comme unique au monde.

La gamme de produits cosmétiques issus de l’argile marine est en vente à l’usine de Manicouagan Sea Minerals et chez les distributeurs participants.


Aujourd’hui, il cherche à développer une gamme de produits cosmétiques avec cette boue marine sous la marque Natuku qui signifie en innu « La racine qui guérit ». Il dirige l’entreprise depuis 2018 avec deux autres actionnaires basés à Québec et Paris, qui ont une forte expérience dans le secteur des cosmétiques.

Partager cet article