Une nouvelle microbrasserie verra le jour à Baie-Saint-Paul

Photo de Gilles Fiset
Par Gilles Fiset
Une nouvelle microbrasserie verra le jour à Baie-Saint-Paul
Karel Côté et André Larouche devant leur future microbrasserie. (Photo : Émélie Bernier)

La ville des arts deviendra vraisemblablement celle de la bière, dans Charlevoix tout au moins, puisqu’une seconde microbrasserie s’y installera. Mais pas question de concurrence, les nouveaux arrivants veulent plutôt compléter l’offre qui existe déjà. Ce projet de 560 000 $ permettra la création de 6 à 8 emplois, dont trois à temps plein. La MRC de Charlevoix a accordé une somme de 80 000 $ via son Fonds de la région de la Capitale-Nationale. 
La nouvelle entreprise portera le nom de Country Club Microbrasserie. « En France, un country club, c’est un club sportif sélect. Le nom va bien avec le concept sportif que l’on veut développer avec notre microbrasserie et nos bières », explique M. Larouche.
Les deux hommes entrepreneurs ne se lancent pas dans ce projet sans avoir une certaine expérience de la chose. André Larouche a déjà lancé l’entreprise Brasseur sur demande sise sur le chemin de la Canardière dans le quartier Limoilou à Québec. « Je brassais de la bière maison au début et de fil en aiguille, avec un de mes amis, on a décidé de se lancer dans une brasserie à petite échelle qui fait des brassins sur mesure, il y a deux ans », relate l’homme d’affaires.
« Mais comme je vis aux Éboulements, ça devenait compliqué avec le voyagement de gérer l’entreprise à distance et même de m’y impliquer. J’ai décidé de redémarrer quelque chose à Baie-Saint-Paul, même si je sais qu’il y a déjà une très bonne microbrasserie en place », ajoute-t-il.
D’ailleurs André Larouche se défend de vouloir prendre la place de la Microbrasserie Charlevoix, en place depuis fort longtemps à Baie-Saint-Paul. « On veut être complémentaire à ce qui se fait dans la région. Pour ces produits, la Microbrasserie Charlevoix est spécialisée dans les bières de type belges et anglaises, plus foncées. Nous on veut produire des bières blondes, plus de type américaine, qui sont plus houblonnées avec un goût plus fruité, épicé », affirme-t-il.
Une douzaine de bières différentes
Karel Côté et André Larouche prévoient offrir une douzaine de sortes de bières différentes. Il y aura d’abord quatre bières régulières, dont une de type leager « qui permettra de faire le pont entre les bières des grandes marques et les produits de microbrasserie ». Les huit autres bières seront produites par paire et varieront d’une saison à l’autre, tous les trois mois. « À l’automne on veut proposer une bière à la citrouille biologique », donne comme exemple M. Larouche dont les produits devraient se retrouver sur les tablettes dès cet été.
La cannette pour le goût, le design et l’écologie
La bière de chez Country Club Microbrasserie sera distribuée en cannette d’aluminium. « Le houblon, ce n’est pas un ingrédient qui se conserve très bien dans une bouteille à cause de la lumière par exemple. Si on veut garder la fraîcheur du produit le plus longtemps possible, il faut utiliser des cannettes », affirme André Larouche en ajoutant que l’aspect esthétique de l’aluminium a aussi joué dans le choix du matériau. Selon lui, il est plus facile de développer un design intéressant avec une cannette d’aluminium.
Bien entendu, le prix est aussi entré en ligne de compte dans le choix du récipient, mais l’aspect écologique aussi. « La cannette donne beaucoup moins de problèmes au niveau du ramassage et du recyclage », dit-il en entrevue téléphonique.
D’ailleurs, selon André Larouche, la plupart des microbrasseries emboitent le pas et passent de la bouteille à la cannette.
Vitrine charlevoisienne
La nouvelle microbrasserie ne proposera pas de service de restauration à ses clients, mais on pourra s’y procurer des plaquettes de dégustation de produits du terroir de Charlevoix. « On est situé juste en bas de la côte qui mène à Baie-Saint-Paul. On est souvent le premier commerce que les gens vont rencontrer en arrivant et on aimerait offrir un peu de Charlevoix aux clients », indique André Larouche.
Pour l’instant, le local actuel du 954, boulevard Mgr de Laval devrait suffire aux besoins du commerce. La production s’effectuera au sous-sol et le service au rez-de-chaussée auquel on ajoutera une terrasse pour agrémenter la clientèle durant la belle saison. Mentionnons en terminant que l’entreprise Napa utilisait ce local avant de déménager au 967, boulevard Mgr de Laval.

Partager cet article