Voir le monde de Sylvain Foster

Par Eric Maltais 4:44 PM - 06 juillet 2017
Temps de lecture :

Magnifiques… Elles sont tout simplement superbes les 84 photographies réparties en 59 œuvres qu’il a encadrées lui-même avec des planches de vieilles granges ou des cadres de fenêtres qu’il accumulait depuis des années afin de réaliser ce rêve de produire une première exposition grand public.

Ainsi donc, Sylvain Foster nous transporte dans une dizaine de pays avec les clichés qu’il expose à la Cité d’Art de Cap-à-l’Aigle jusqu’au 26 août, entre 9h30 et 16h30.
Trois volets composent son œuvre. D’abord, il a rapatrié une collection de dix grandes photos hivernales qu’il a vendues au Carnaval de Québec afin d’illustrer cette saison plus aride qu’est l’hiver. Ces photos meublent les murs de l’ancienne église. Au centre de cet ancien temple de la foi, il met en lumière des clichés de paysages croqués à travers le monde. Enfin, au jubé, il y va de portraits d’habitants de lieux qu’il a visités et au sous-sol, il présente des paysages rétro éclairés.
Depuis deux ans, ce photographe professionnel figurait parmi les dix invités qui ont fourni dix photos afin de présenter l’exposition 10/10 à la Cité d’Art. Puis, cette année, il a reçu l’invitation de se produire en solo. Il a donc pris les bouchées doubles, devant poursuivre son emploi à le Ferme des 4 temps de Saint-Siméon, bricoler ses cadres et assembler le tout. Il ne cache pas sa fierté devant cette réussite.

Se définissant d’abord comme un paysagiste, il nous amène dans une dizaine de pays : Canada, États-Unis, Argentine, Inde, Rwanda, Émirats arabes unis, Italie, Angleterre, Vietnam et Autriche.

Son coup de cœur demeure Seul au monde, une image qui traduit la sérénité, captée dans le Grand Nord québécois, plus précisément au Nunavut, lors d’une expédition avec André Desmarais alors qu’il œuvrait comme photographe invité.
Charlevoix occupe une place de choix. Que Hiver Sagard figure avec Désert Emplx ou encore qu’une goélette de l’Isle-aux-Coudres cohabite avec des bateaux de Venise ou du Vietnam, les images parlent. Charlevoix en automne, vélos à travers le monde, pêche au Groenland, gorilles en Rwanda, cheval argentin ou bœuf musqué, les sujet sont variés et les prises de vue intéressantes, comme pour les glaciers de Saint-Siméon!
Et quel est l’objectif ultime de Sylvain Foster? « Faire voyager les gens par les images », conclut-il. Tout simplement.
 

Partager cet article