Charlevoix bien positionnée face à la crise économique

Par 12:00 AM - 14 janvier 2009
Temps de lecture :

Selon des acteurs du milieu, la crise financière actuelle laissera inévitablement sa marque dans Charlevoix bien que la région semble bien positionner pour faire face au ralentissement économique avec les grands projets prévues dont ceux du Massif et dans le réseau routier.

« Nous nous attendons à ce qu’il y ait un certain ralentissement, comme c’est le cas en tourisme actuellement. Si le projet du Massif voit le jour, notre situation pourrait par contre être différente qu’ailleurs au Canada », de souligner Stéphane St-Martin, directeur du Centre financier aux entreprises, citant les économistes du réseau Desjardins.

Un avis que partage Guy Néron, directeur général du CLD de la MRC de Charlevoix-Est. « Même si des secteurs de notre économie restent très vulnérables, comme le manufacturier et le tourisme, je trouve qu’on est bien positionné. Les investissements annoncés par les gouvernements tombent bien. Il nous faut surtout nous assurer que ces projets se réalisent et ne soit pas arrêtés ou ralentis. »

M. Néron réfère aux promesses « déjà en marche », comme l’aménagement de l’intersection des routes 138 et 362 à Baie-Saint-Paul par Transports Québec (13 millions $) et le projet du Groupe Le Massif (65 millions $ des gouvernements sur un projet de 230 millions $)). La confirmation de la réfection des côtes à Matou et de Clermont « tomberaient bien », tout comme l’aboutissement du dossier du quai de Pointe-au-Pic qui viendrait avec ses contrats de réfection. « Ce genre de projets fait en sorte que des régions s’en sortent mieux que d’autre », maintient M. Néron.

« Tant et aussi longtemps que les gens conservent leur travail, les conséquences sont moindre », de soutenir de son côté Julien Dufour, des Assurances Julien Dufour. Il constate que pour le moment, après les annonces d’avant les Fêtes, la situation semble stable dans la région. L’automne 2009 devrait quant à elle témoigner de l’état de l’industrie touristique. Celui qui œuvre dans le domaine des marchés financiers depuis trente ans compare la situation actuelle à « une bonne claque ».

« La situation est majeure, mais elle n’est pas exceptionnelle et ne sera pas permanente. Au cours des 50 dernières années, il y a eu neuf corrections boursières du genre. C’est comme être en vacances dans le Sud et qu’il pleut quelques jours. Le soleil va revenir et on pourra prendre nos photos. Les entreprises bancaires américaines ont été insouciantes. La situation actuelle va donner une leçon à un peu tout le monde. »

Partager cet article